Attaque à l'Institut national de criminologie : pourquoi là ?

L'Institut situé à Neder-Over-Hembeek, cible d'une attaque à la voiture-bélier dans la nuit de dimanche à lundi, a ouvert ses portes en 1993. Il est la police scientifique belge.

Nicolas Lowyck
dotcom
©AFP

"Obtenir beaucoup à partir de peu" : l'Institut national de criminologie (INCC) s'est donné cet objectif en guise de slogan. "Sur base des fleurons de certains services de police européens, tels que Scotland Yard, Bundenskriminalamt ou Centrale Recherche Informatiedienst, il convient de développer une police scientifique dont les membres doivent en premier lieu être des scientifiques et non des policiers, réclamait une commission d'enquête à partir de laquelle un arrêté royal a été rédigé en 1971. L'arrêté restera sans effet jusqu'aux tueries du Brabant, en 1985. L'Institut verra le jour en 1993 à la suite de premières embauches deux ans plus tôt. 


Aujourd'hui, l'INCC est une institution scientifique fédérale qui relève directement du ministère de la Justice. Elle englobe plusieurs services : en Criminalistique, du côté de la Chaussée de Vilvorde, elle est chargée d'identifier des traces suspectes et de retracer des modus operandi sur des scènes de crime ; en Criminologie, à Botanique, des études sont menées sur le long terme, mêlant indices, chiffres et entretiens. Ces derniers temps, l'INCC a concentré une partie de ses recherches sur la délinquance. Elle englobe un large spectre d'expertises forensiques, autrement dit : destinées à résoudre des enquêtes judiciaires. Elle est aussi un vase communiquant en termes de transmission de données à l'international. Depuis 2013 et sous l'impulsion de la ministre Annemie Turtelboom, elle bénéficie d'une banque centralisée de données informatiques.

Ce sont donc nos "experts" nationaux qui ont été touchés. Si aucune information n'a été délivrée par le parquet fédéral sur les auteurs de l'attaque qui s'est produite dans la nuit de dimanche à lundi, il semble que la police soit ciblée. Les faits sont d'ores et déjà qualifiés de criminels. Il n'y a pas de blessés, mais les dégâts sont importants.