Jean Quatremer s'explique sur ses propos polémiques: "À 200m de la Grand-Place, l’Arabie Saoudite"

Le correspondant bruxellois du journal Libération était l'invité de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche". Il en a profité pour apporter des explications à ses propos polémiques publiés par le Vif/L'Express.

R.H.
Jean Quatremer s'explique sur ses propos polémiques: "À 200m de la Grand-Place, l’Arabie Saoudite"
©JC Guillaume

Le correspondant bruxellois du journal Libération était l'invité de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche" diffusée sur RTL-TVI. Il en a profité pour apporter des explications à ses propos polémiques publiés dans les colonnes du Vif/L'Express. Pour rappel, le journaliste de 58 ans spécialisé dans les questions européennes avait parlé de Molenbeek en ces termes: " A deux cent mètres de la Grand-Place, on est en Arabie Saoudite. Jamais je n’ai vu autant de femmes voilées dans d’autres villes européennes."

Il est revenu sur ces derniers et a tenu à préciser le fond de sa pensée: "L’espace public dans certains quartiers de Molenbeek ou d’autres quartiers est carrément confisqué par une secte islamiste, et c’est ça qui pose problème. Je ne vise pas les musulmans en général, je ne vise pas les Arabes, je ne vise pas les Marocains. C'est une dénonciation du communautarisme, quel qu’il soit, tant le flamingant qu’islamique."

Moqué par un journaliste qui avait pris un malin plaisir à utiliser un mètre pour calculer les deux cent mètres évoqués par Jean Quatremer, le principal intéressé rétorque "cela s’appelle une image, on dit j’ai vu 36 chandelles, il n’y a pas 36 chandelles qui tournent autour de moi. Il y a même un journaliste de la RTBF qui a été prendre son mètre, me prenant pour un géomètre, et reprenant précisément à quel endroit commençait la chaussée de Gand, la rue du Midi, etc. C’est un peu ridicule, évidemment, c’est une expression."