L'UCL ne peut désinscrire ses étudiants en médecine, rappelle Marcourt

Adressé la semaine dernière, un courrier demandait aux étudiants de le renvoyer contresigné, sous peine de voir leur inscription annulée, ce qui a suscité quelques remous ces derniers jours dans l'université néo-louvaniste. Un correctif au courrier sera envoyé.

L'UCL ne peut désinscrire ses étudiants en médecine, rappelle Marcourt
©Jean Luc Flemal
Belga

Le ministre de l'Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt a réfuté mercredi le droit de l'UCL de désinscrire ses étudiants de médecine qui ne lui confirmeraient pas avoir pris connaissance d'un courrier qu'elle leur a envoyé pour les informer de l'absence de certitude de décrocher un numéro Inami à l'issue de leurs études.

Adressé la semaine dernière, ce courrier demandait aux étudiants de le renvoyer contresigné, sous peine de voir leur inscription annulée, ce qui a suscité quelques remous ces derniers jours dans l'université néo-louvaniste.

Interpellé mercredi sur cette polémique lors de la plénière du Parlement de la Fédération, M. Marcourt a indiqué que, sur base du décret Paysage, ce type de menace était "illégal".

"Seuls les étudiants peuvent se désinscrire, sauf s'ils ne paient pas 10% de leur minerval", a-t-il rappelé.

"Je déplore que les services de l'UCL, d'habitude si pertinents, aient suscité cette inquiétude auprès de leurs étudiants".

Il a ajouté avoir demandé aux autorités de l'UCL d'adresser à ses étudiants un "correctif" après ce courrier polémique.

Sur le fond, M. Marcourt a rappelé que, au vu des dernières déclarations de la ministre fédérale de la Santé, il n'existait en effet pour l'heure aucune certitude pour les étudiants engagés dans le cursus de médecine de décrocher tous un numéro Inami.

Un correctif au courrier de l'UCL sera envoyé

Un correctif au courrier de l'université catholique de Louvain destiné aux étudiants en médecine va être envoyé et supprimera la menace de désinscription, indique le député-bourgmestre de Rebecq Dimitri Legasse (PS) dans un communiqué mercredi. Ce courrier informait l'étudiant qu'il n'existait aucune garantie quant à l'obtention d'un numéro Inami et qu'il devait être renvoyé signé, sous peine de voir l'inscription annulée. Ce courrier avait provoqué l'inquiétude des étudiants en médecine et dentisterie de l'UCL: renvoyer le courrier signé serait-il synonyme de renonciation à leur droit à un numéro Inami? Peut-on annuler leur inscription s'ils refusent de signer? Le député-bourgmestre Dimitri Legasse a demandé au ministre francophone de l'Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, d'éclairer la situation. "Selon ce dernier, il n'y a pas de désinscriptions possibles comme sanction. Ce serait illégal", signale M. Legasse dans son communiqué.

Il ajoute qu'un conseil d'administration de l'UCL se réunit mercredi après-midi afin d'envoyer un correctif aux étudiants concernés.

"Le député-bourgmestre se voit ravi de la clarté apportée et de la solution dégagée qui devrait rassurer les étudiants quant à une désinscription possible ou un abandon de leur droit de recours ultérieur", conclut le communiqué.

Sur le même sujet