Le comité P ne dispose pas d'assez d'argent pour contrôler la police

Belga
Le comité P ne dispose pas d'assez d'argent pour contrôler la police
©Photo News

La dotation du Comité P, qui doit contrôler les services de police, n'est pas suffisante ce qui met en péril sa capacité à exécuter certaines missions légales, rapportent jeudi De Tijd et L'Echo. Le président du Parlement Siegfried Bracke (N-VA) a signifié à la commission "Comptabilité" de la Chambre que le Comité P est au bord de la faillite et n'est déjà plus capable d'exécuter certaines missions légales, comme le contrôle des services particuliers d'inspection et des services de sécurité privés des sociétés de transport, comme celui de la Stib ou le service "Securail" de la SNCB.

Les dotations que reçoit le Comité P (8,4 millions d'euros l'an prochain) ne suffisent pas à couvrir les frais (10,2 millions d'euros). Et à partir de 2018, les réserves nécessaires pour compenser la baisse des dotations seront épuisées. Il n'y aura donc plus assez d'argent pour couvrir les dépenses, a prévenu le président du Comité P Yves Keppens.

Siegfried Bracke a confirmé que "la situation serait problématique après 2017". Un débat de fond est nécessaire selon lui sur les organes de surveillance de la police et des services de renseignement. "On peut s'interroger sur la possibilité de fusionner les Comités R et P", affirme-t-il.

Pour le Comité P, les dotations prévues pour 2017 suffisent pour exécuter ses missions

Le Comité P, qui doit contrôler les services de police, confirme que les dotations prévues et inscrites pour l'an 2017 suffisent pour exécuter ses missions principales, indique-t-il jeudi dans un communiqué. Le Comité permanent P (CPP) réagit ainsi aux informations publiés par L'Echo et De Tijd qui affirmaient que l'institution ne disposait pas d'assez d'argent pour contrôler la police.

"Le CPP a compris qu'il y a des garanties et qu'il pourra à l'avenir continuer à remplir sans cesse ses missions principales. Il est convaincu qu'il pourra à l'avenir réaliser des synergies avec d'autres institutions à dotation de la Chambre, sans pour autant perdre de vue le caractère propre de l'institution", ajoute-t-il, indiquant faire "face à l'avenir avec confiance."

Le président de la Chambre Siegfried Bracke (N-VA) avait signifié à la commission Comptabilité de la Chambre que le Comité P était au bord de la faillite et n'était déjà plus capable d'exécuter certaines missions légales. Il a également confirmé que "la situation serait problématique après 2017".

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...