Civils bombardés à Mossoul: Un journaliste anglais accuse les F-16 belges

Civils bombardés à Mossoul: Un journaliste anglais accuse les F-16 belges
©Belga
Rédaction en ligne avec Belga

Les F-16 belges sont-ils responsables de la mort de 140 civils à Mossoul? La question a déjà été posée. Mais aucune véritable réponse avait été donnée. Mais le Pentagone n'a pas confirmé l'implication d'avions belges ou de la coalition dans le raid du 17 mars sur Mossoul. 

Ce samedi, un journaliste du Guardian, le célèbre quotidien britannique, chargé de couvrir le Proche-orient évoque l'implication des F-16 de la coalition, US, anglais, français et belges, dans cette attaque à Mossoul.

"Le Pentagone confirme un bombardement le 17 mars à Mossoul, 140 civils tués, Les avions américains, français, belges et anglais impliqués", peut-on lire.

Le député fédéral Alain Top souhaite que les membres d'une commission mixte Affaires étrangères et Défense de la Chambre soient informés au sujet d'éventuelles victimes civiles lors de frappes aériennes sur Mossoul (Irak), lors desquelles des F-16 belges ont potentiellement été impliqués. Le parlementaire demande une transparence aussi grande que possible. "Si ce n'est pas le cas, nous offrons une possibilité à l'organisation EI de faire de la propagande contre la coalition internationale", estime-t-il.

Des bombardements sur le district d'Aj jadida à Mossoul auraient fait le 17 mars dernier au moins 200 victimes civiles. Le journaliste Martin Chulov du quotidien The Guardian indiquait samedi sur son compte Twitter qu'un rapport du Pentagone confirme l'implication des armées américaine, britannique, française et belge dans ces frappes.

Le député Groen Wouter De Vriendt plaide quant à lui pour que la commission spéciale de suivi des missions à l'étranger soit réunie au plus vite. Alain Top juge cependant qu'une commission mixte Défense et Affaires étrangères serait plus adéquate, étant donné qu'elle ne se réunit pas à huis clos et permet donc plus de transparence.

Le socialiste flamand plaide par ailleurs pour qu'une organisation indépendante, à l'instar d'Airwars, puisse vérifier l'existence de victimes civiles lors d'opérations de ce type. Cela serait possible si les coordonnées des opérations étaient transmises.

Steven Vandeput, ministre de la Défense, a répondu via son compte Twitter que "Si la commission se réunit", il y aura bien une commission. "Pour le reste, assez de petits jeux politiques. Jusqu'à présent, aucune connaissance d'un tel rapport du Pentagone".



Sur le même sujet