Contrairement au wallon, le gouvernement bruxellois fonctionne normalement

Malgré les tensions liées à la crise politique, de nombreux points ont été validés par les ministres ce jeudi.

Contrairement au wallon, le gouvernement bruxellois fonctionne normalement
©BELGA
Pa. D.

Malgré les tensions liées à la crise politique, de nombreux points ont été validés par les ministres ce jeudi.

Alors que la guerre est officiellement déclarée entre le PS et le CDH en Wallonie, l'atmosphère à Bruxelles semble nettement plus sereine.

«On ne voit des cartons nulle part ici ! Même si l'ambiance n'est plus la même et qu'il y a un peu plus de tensions, cela n'empêche pas les gens de bosser. Il y a toujours de la confiance entre les acteurs bruxellois », résume-t-on du côté socialiste.

«C'est vraiment bizarre de travailler avec des personnes quand on a dit qu'on ne voulait plus le faire, mais on continue d'avancer sur de nombreux projets dans l'intérêt de la population », tempère-t-on chez les humanistes.

Contrairement à la réunion du gouvernement wallon bouclée en une demi-heure malgré les 98 points à l'ordre du jour, celle du gouvernement bruxellois de ce jeudi a permis de valider plusieurs dossiers importants.

À titre d'exemple, citons l'approbation des programmes pluriannels 2017-2020 de la Politique des Villes par le développement des quartiers. Dans ce cadre, des millions d'euros de subvention sont octroyées par la Région aux communes bruxelloises.

Le contrat de rénovation urbaine (CRU) Avenue du Roi a également obtenu le feu vert des ministres.

Le gouvernement bruxellois a aussi validé l'avant-projet d'ordonnance visant à lutter contre les discriminations en matière d'emploi. Cette nouvelle législation autorisera notamment la pratique du « testing », soit l'envoi de CV anonymes pour détecter les entreprises en infraction.

Enfin, l'interdiction des poneys de foire, annoncée en avril dernier par la secrétaire d'État au Bien-être animal Bianca Debaets (CD&V), est désormais confirmée en Région bruxelloise.

D'autres points plus délicats comme l'inburgering et l'achat d'un bâtiment pour la direction Bruxelles Urbanisme et Patrimoine (BUP) ont tout de même été reportés. Mais selon nos informations, ces dossiers étaient déjà sources de tensions, bien avant la crise politique déclenchée par le président du CDH Benoît Lutgen.