L'Office de la naissance et de l'enfance dit "Bienvenue !" aux migrants

L'Office de la naissance et de l'enfance dit "Bienvenue !" aux migrants
©afp
Annick Hovine

Une opération de contrôle de grande envergure a été menée mercredi matin aux abords de la gare du Nord à Bruxelles. Cible de la centaine d’agents de la zone de police Bruxelles-Nord déployés à l’aube : les migrants qui sont nombreux à passer la nuit aux alentours. Au total, 23 personnes ont été arrêtées et prises en charge par l’Office des étrangers (OE). Il s’agissait uniquement d’hommes  : aucune femme et aucun enfant ne figurait parmi les personnes interpellées, a précisé la porte-parole de l’Office des étrangers à l’agence Belga. En fonction de leur situation personnelle, ils seront, ou non, envoyés dans un centre fermé.

Mardi, le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA) avait annoncé, sur twitter, que le gouvernement allait s’attaquer à la situation du parc Maximilien, tout proche, où atterrissent de nombreux migrants qui arrivent à Bruxelles. Il promettait aussi une intensification des contrôles policiers. Mercredi, après l’intervention policière, nouveau tweet de M. Jambon, relayant une déclaration à la VRT : “Nous ne voulons pas d’une jungle de Calais à Bruxelles”. Sur twitter encore, le ministre gonfle les muscles et annonce : “50 illégaux transmigrants (sic) ont été attrapés” – là où l’Office des étrangers en a dénombre 23.

Un ton bienveillant, radicalement différent

La réaction, mercredi, de l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE), contraste singulièrement avec l’attitude de fermeture du gouvernement fédéral. Interpellée par la situation des réfugiés qui séjournent à proximité de la gare du Nord, l’ONE veut renforcer la visibilité et l’accessibilité de ses services, destinés aux futures mères et aux jeunes enfants, dans le quartier Nord de Bruxelles.

L’organisme de référence de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour toutes les questions relatives à l’enfance a fait réimprimer des tracts d’informations, en anglais et en arabe, qui sont distribués aux migrants. Le ton y est radicalement différent du message fédéral : “Vous venez d’arriver en Belgique. Bienvenue ! L’ONE vous offre une aide sociale et médicale gratuite au cours de votre grossesse et des soins préventifs pour vos enfants de moins de 6 ans”. A tous ceux qui en font la demande, qu’ils soient belges, déplacés, réfugiés, clandestins, sans-papiers… sans aucune distinction, précise l’ONE.

Une “rafle”

De son côté, le Ciré (Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers) a dénoncé “la rafle” de mercredi qui s’inscrit dans la droite ligne du refus affiché par le gouvernement fédéral d’assumer ses responsabilités et sa volonté de démanteler au plus vite le campement du parc Maximilien. Le Ciré et d’autres associations ne veulent pas non plus d’une jungle à Bruxelles. Mais pour l’éviter, il faut créer un Centre d’accueil et d’orientation (CAO) et organiser des permanences juridiques, martèle le secteur depuis des mois. En vain.