L'Eglise belge passe au rapport

Christian Laporte
L'Eglise belge passe au rapport
©BAUWERAERTS DIDIER

L’an prochain, elle devrait disposer d’une radiographie chiffrée sur toutes ses facettes.


A une époque où on est friand de statistiques et de chiffres, de préférence frappants et relayés dans de jolis tableaux qui marquent les esprits, l’Eglise catholique belge se devait de s’adapter, à l’instar de nombre d’églises-sœurs européennes qui, elles, disposent depuis des lustres de données soumises au regard aiguisé des chercheurs.

Il est vrai que les services de communication de nos diocèses sont bien en peine de fournir des chiffres précis sur, par exemple, le nombre de catéchistes bénévoles dans les paroisses ou le nombre de communions solennelles et de confirmations par année. Une certaine opacité règne aussi sur le personnel des diocèses ainsi que sur les dons des fidèles dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, et cetera.

Cela a récemment amené les évêques belges à donner leur accord pour l’établissement d’un rapport annuel en vue d’une réponse chiffrée à ces questions - et à bien d’autres.

"Ce rapport, expose-t-on au siège de la Conférence épiscopale, permettra de cartographier un nombre important d’activités ecclésiales : sacrements, catéchèse, pèlerinage, formations, journées de réflexion, retraites… Il reprendra également l’engagement concret de l’Eglise dans la société : les personnes et les moyens au service des soins, de l’enseignement, de la lutte contre la pauvreté, de l’aide internationale…"

Une étude scientifique

C’est donc une "première" en Belgique. Pour l’occasion, la Conférence épiscopale a engagé à la rentrée de septembre Stéphane Nicolas, un juriste, chargé de rédiger un rapport dont le fondement scientifique sera assumé par des experts de la KU Leuven et de l’UCL.

Mgr Herman Cosijns, le secrétaire-général de la Conférence épiscopale belge précise : "Nous nous sommes inspirés de rapports annuels réalisés par d’autres Conférences épiscopales comme celles de France, d’Allemagne ou encore d’Espagne. L’Eglise catholique y possède une expérience dans le suivi scientifique de ses différents domaines d’activité."

Le rapport doit être prêt pour l’automne 2018. Le but est de ne pas le laisser dans les tiroirs quelles qu’en soient les conclusions !

Même si ce n’est pas précisé officiellement, c’est aussi une manière pour l’Eglise de se doter d’arguments chiffrés en cas de relance du débat sur le financement des cultes, souvent annoncé mais pas encore vraiment (re) lancé parce qu’il y a d’autres priorités politiques…