Stéphane Moreau siège toujours au CA de Nethys

Analyse Stéphane Tassin
Stéphane Moreau siège toujours au CA de Nethys
©bureaux régionaux

Nethys va devoir rendre le réseau de distribution Resa (gaz/électricité) à Publifin. La stratégie du groupe en sera fort affectée. 

Ce que l’on a pu déduire des auditions de la commission d’enquête consacrée au scandale Publifin et Nethys est donc avéré. Resa (gestionnaire de réseau gaz et électricité) était bien la vache à lait de Nethys. Par ses moyens financiers importants, et l’assurance que ces derniers donnaient aux banques, Resa a permis à Tecteo d’abord et à Nethys ensuite de connaître un développement important. Le constat a cette fois été établi par le conseil d’administration de Nethys qui se réunissait mardi soir. Et notifié dans un communiqué de presse : "Le conseil d’administration de Nethys a prioritairement, et à son initiative, examiné les conséquences juridiques, industrielles et sociales des textes votés en première lecture par le gouvernement wallon relatifs aux dispositions futures d’organisation des GRD et des filiales d’intercommunales. Dans l’état actuel des textes, les conséquences seront lourdes pour les activités du groupe Nethys et réduiront ses capacités d’investissements, de diversification et de consolidation de son propre développement." Désormais les choses sont claires. Le seul talent, tant vanté, des décideurs de la société privée à capitaux publics ne suffisait pas. Si la chose n’est en soi pas un scoop, il est sain de le reconnaître.

A l’avenir, redevenu libre de ses mouvements, le GRD Resa va-t-il adopter un comportement différent à l’égard de ses clients - principalement en région liégeoise - et rendre sa tarification moins chère ? Nul ne peut encore le dire, il faudra attendre plusieurs mois pour le savoir. Le projet de décret porté par le ministre Crucke (MR) empêchera, dans le futur, à un GRD, de se constituer en personne morale de droit privé, ce qui permettait à Nethys d’échapper à la tutelle régionale. Les pouvoirs locaux détiendront en outre directement les parts représentatives du capital du GRD. C’est ainsi que Resa devra être détenue par Publifin, de sorte que le pouvoir de décision reviendra bien aux mains des élus locaux. Pour faire simple, Resa quittera Nethys pour retrouver Publifin et ses actionnaires, les communes et la province de Liège.

Donc, le nouveau CA de Nethys - partiel parce que composé de quelques anciens - a décidé de répondre positivement aux demandes futures du gouvernement wallon. Rappelons quand même qu’ils n’avaient pas beaucoup le choix. Le futur décret aura, par définition, force de loi.

La stratégie menée actuellement au sein de Nethys sera profondément remise en question. Le groupe conservera-t-il toutes ses activités actuelles ? Ce n’est pas encore fixé. Le CA de Nethys a chargé le bureau Mc Kinsey d’intégrer la nouvelle donne "dans la réflexion relative à l’analyse des différents scénarios possibles d’évolution du Groupe et à l’adaptation de ses règles de gouvernance. Cette réflexion inclura les demandes d’analyse formulées par le conseil d’administration de Finanpart relatives au management et aux rémunérations et sera complétée par des analyses juridiques approfondies en fonction des modèles qui seront choisis. Le conseil d’administration disposera ainsi, à brève échéance, des outils nécessaires aux prises de décisions qui s’imposeront en fonction des réalités nouvelles", explique encore le CA de Nethys dans son communiqué de presse.

Nethys veut être, juridiquement, droit dans ses bottes

Dans ces quelques phrases, il est donc enfin question, mais très brièvement, de l’avenir du management de Nethys et de son administrateur-délégué, Stéphane Moreau. Ce dernier, malgré les exhortations viriles des présidents du PS, du CDH et du MR, sur les réseaux sociaux, il y a quelques semaines, est donc bien, toujours, administrateur de Nethys. On nous explique que la volonté est bien de retirer à Stéphane Moreau son titre d’administrateur - c’est l’assemblée générale qui devra le faire - et de le nommer directeur général. Mais avant cela, le CA de Nethys entend être juridiquement irréprochable.

Stéphane Moreau a donc participé au conseil d’administration qui s’est tenu mardi soir, et il est toujours pleinement opérationnel pour discuter de son propre cas. Manifestement, dans cette histoire, où ils sont nombreux à demander l’éviction de l’ancien bourgmestre d’Ans de la tête de Nethys, le conseil d’administration de Nethys, lui, a décidé de ne rien décider.