Pourquoi, "en Belgique francophone, le débat public est-il beaucoup plus pauvre qu’en Flandre"?

"En Belgique francophone, le débat public est plus pauvre qu’en Flandre"
©BELGA
Dossier réalisé par Bosco d’Otreppe
Cette semaine, onze recteurs ont pris la plume pour demander la naturalisation de la famille de Mawda. De tels engagements dans le débat public sont rares dans le chef du monde académique. Trop ? Certains le pensent.

"Nous, Recteurs". La formule est exceptionnelle. Cette semaine, la lettre que onze recteurs d’universités ont envoyée au Premier ministre Charles Michel pour demander la régularisation de la famille de Mawda a paradoxalement rappelé combien leur prise de parole publique était rare. Il est vrai que, contrairement à leurs troupes, les recteurs engagent toute leur institution.

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité