Quand le porte-parole du PP prônait l’ouverture des frontières… et la polygamie...

St. Ta.

Chaque jeudi, le président du PP Mischaël Modrikamen livre son analyse de l’actualité en compagnie de son porte-parole Nicola Tournay - dans la dernière en date, il s’agissait surtout des résultats électoraux de son parti. La plupart du temps, le président, lorsqu’il n’aborde pas le vote des jeunes qui votent Écolo et "qui n’y connaissent rien" ou celui des femmes qui votent Écolo "parce qu’on leur a dit qu’il fallait protéger la nature", ou le gouvernement de "tapette" de Justin Trudeau au Canada, évoque l’immigration et la fermeture des frontières à tous ceux qui n’ont rien à faire en Belgique. C’est-à-dire à peu près tout le monde. Son porte-parole, en phase avec son président, a par le passé pourtant tenu un tout autre discours. 

Alertée par un blogueur, Jonathan Fanara, qui a déjà publié sur son blog (jonathan.fanara.over-blog.com) une analyse reprenant les erreurs factuelles récurrentes relatées sur le site du Peuple (organe de propagande du PP), La Libre a pu constater une chose amusante. En effet, Nicola Tournay a fondé il y a sept ans le Parti libertarien. Un parti qui n’a pas connu un grand succès aux élections de 2014 mais qui prônait, entre autres, l’ouverture totale des frontières. Hypocrite, Nicola Tournay ? Il s’en défend : "Je n’ai pas changé mais ma démarche actuelle est plus réaliste. La position du Parti libertarien était trop théorique et pas assez empirique."

Pour l’anecdote, les libertariens prônent aussi la fin de la prohibition sur les drogues, la légalisation de la polygamie l’adoption homoparentale. Des propositions qui sont à 1000 lieues de la position du PP, qui veut protéger les valeurs qui ont, selon Mischaël Modrikamen, fait le succès de l’occident "pendant deux mille ans". A contrario, le Parti libertarien souhaite aussi, à l’instar du PP, que les citoyens puissent s’armer pour se défendre seuls. Le grand écart n’est donc pas total. Nicola Tournay trouve en tout cas sa démarche actuelle plus "intelligente" et empreinte de "compromis".