Soutenue par la consommation, l'économie wallonne devrait consolider sa croissance

Soutenue par la consommation, l'économie wallonne devrait consolider sa croissance
©Belga
Belga

Malgré le ralentissement du commerce international et la normalisation de la croissance en zone euro qui pèsent sur les perspectives de débouchés extérieurs de la Wallonie, la Région parvient à consolider sa croissance économique, analyse jeudi l'Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique (Iweps) qui table sur une croissance de 1,5% cette année et de 1,6% l'an prochain. "D'après notre scénario prévisionnel, le PIB wallon, après avoir augmenté de 1,6% en 2017 - à comparer à une hausse de 1,7% pour la Belgique et de 2,4% pour la zone euro, NDLR - , progresserait à nouveau de 1,5% en 2018 et de 1,6% en 2019, en ligne avec le profil de croissance attendu pour la Belgique", précise l'Iweps. En mars dernier, l'institut tablait encore, pour cette année, sur une croissance de l'économie wallonne de 1,9%.

"Après un premier trimestre 2018 à nouveau plutôt morose, un net redressement de l'activité économique a été enregistré au deuxième trimestre", poursuit l'institut selon lequel la consommation semble désormais "en mesure de soutenir davantage l'activité économique", dans un contexte de regain de pouvoir d'achat et de confiance favorable.

Quant aux investissements des entreprises, ils devraient continuer à progresser, stimulés notamment par des taux d'intérêt faibles, l'accès au crédit aisé et une rentabilité élevée. "Cependant, des perspectives de demande plus hésitantes dans l'industrie et la décrue récente des pressions sur les capacités de production pourraient peser sur cette composante, dont la progression s'établirait en moyenne à +2,8% en 2018 et 2019", nuance l'Iweps.

L'emploi, lui, devrait croître de 1,1% en 2018 et 0,9% en 2019 (contre une hausse de 1,4% en 2017), les salaires moyens se relevant plus nettement alors que les pénuries sur le marché du travail poussent les employeurs à tenter de fidéliser leurs effectifs, ajoute l'institut.

Les exportations devraient également continuer sur leur lancée "même si la contribution du commerce extérieur à la croissance du PIB wallon devrait se tarir progressivement et deviendrait même négative en 2019 avec le renforcement attendu des importations", estime encore l'Iweps qui pointe toutefois "les risques politico-économiques accrus" accompagnant ses prévisions.

Selon l'institut, l'environnement international actuel est en effet plus incertain que jamais, entre tensions commerciales, enlisement des négociations à propos du Brexit et arrivée au pouvoir de certains partis anti-européens.

"Et sur le plan économique, un rebond sensible de l'inflation, en cas d'envolée brusque du prix du pétrole, pèserait sur la demande intérieure des économies avancées et provoquerait une remontée des taux d'intérêt", ce qui, au niveau wallon, pourrait freiner le raffermissement attendu de la consommation, a-t-il conclu.