Pourquoi l'installation de "salles de shoot" demeure problématique

Si d'autres villes veulent ouvrir une "salle de shoot", il faudra modifier la loi de 1921
©Alexis Haulot
Le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, présentera ce lundi au bureau du PS, un premier bilan de la salle de consommation à moindre risque (SCMR) pour toxicomanes. Après cinq mois, l'expérience est concluante: 300 usagers...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité