Belgique

Sénateur CDH et constitutionnaliste

Y a-t-il une objection juridique à ce qu'une députée voilée prête serment ?

Je renverrai directement à la Constitution ! C’est elle qui fixe les conditions générales d’éligibilité et pour ce qui est de la Région de Bruxelles-Capitale, il y a des dispositions complémentaires dans une loi ad hoc. Je vois mal certains mandataires y introduire de nouvelles conditions. L’électeur a en effet choisi en fonction de ses options politiques, philosophiques ou religieuses qui s’inscrivent dans le cadre de nos libertés publiques. Cela dit, on ne peut comparer la situation des élus avec celle des fonctionnaires qui sont en contact avec le public qui doivent eux s’abstenir d’afficher leurs convictions.

Depuis la création de la Belgique, l'on a vu siéger des clercs en soutane.

Oui, si vous examinez les tableaux sur les prestations de serment royales au Parlement, vous remarquez leur présence. Des prêtres voire des religieux d’ailleurs qui ont participé activement aux travaux sans troubler personne.

Mais ne peut-on s'y opposer au nom de la laïcité de l'Etat ?

Là je renvoie à l’article 1er de la Constitution de la République française. Que dit-il ? Que la République est de fait laïque mais depuis la révolution, il ne fut pas rare de voir siéger des clercs en habits religieux. Et non des moindres comme l’abbé Emmanuel Joseph Sieyès, un des grands constitutionnalistes de l’époque que l’on identifie aisément dans les tableaux sur le Serment du Jeu de Paume dont il fut aussi un grand acteur. Plus près de nous, aucun responsable de l’Assemblée nationale française n’aurait eu l’outrecuidance d’exclure l’abbé Pierre de la Chambre française lorsqu’il y avait été élu