Votre sentiment, sur la «descente» de la N-VA?

C'est une connerie. S'il faut commencer à compter franc par franc qui a gagné quoi depuis 1830, il n'est pas sûr du tout que la thèse flamande l'emporte. Jusqu'en 1966, la Wallonie eut un PIB supérieur à la Flandre. Et si on inventa les crédits parallèles, qui gonflèrent tant notre endettement, c'est pour donner de l'argent à la Flandre, notamment à Zeebruges.

Mais aujourd'hui, le Wallon «profite» du système?

Pas au niveau des grandes dépenses. Pour les soins de santé, la consommation en Wallonie est à moins d'1pc près équivalente à la part wallonne dans la population nationale: 33,5pc pour celle-ci contre 34pc pour celle-là, en dépit de caractéristiques socio-économiques plus difficiles. Et pour l'Onem, c'est la même équivalence, quand on tient compte non seulement du chômage, mais aussi des prépensions, interruptions de carrière et autres dépenses.

Où serait le problème, alors?

Dans l'insuffisance de notre assise économique: 25pc de la richesse nationale. Ce différentiel fait que l'on ne contribue pas assez aux mécanismes de l'Etat. Mais c'est de la solidarité entre personnes, pas entre régions. Et je ne suis pas heurté par le fait que des plus riches paient pour des plus pauvres. S'il n'y a plus de Belgique, les Flamands auront plus de moyens? C'est imparable. Mais ils n'ont jamais tiré toutes les conséquences qu'entraînerait l'absence de la Belgique!

© La Libre Belgique 2005