Le président des Etats-Unis Donald Trump est arrivé jeudi vers 16h15 au siège de l'Otan à Bruxelles pour participer à son premier sommet de l'Alliance depuis son arrivée au pouvoir en janvier.


Les déclarations de M. Trump, qui a été accueilli à sa descente de voiture par le secrétaire général Jens Stoltenberg, seront scrutées à la loupe par des Alliés échaudés par ses déclarations passées sur le rôle et le fonctionnement de l'Otan.


Durant son discours, il a demandé de respecter un "moment de silence" pour les victimes de l'attentat de Manchester.

Une cérémonie de remise des clés du nouveau quartier général de l'Otan - dans la construction duquel la Belgique a joué un rôle primordial - par Charles Michel au secrétaire général. Un défilé aérien d'avions de combat et de transport alliés au dessus du nouveau siège de l'Otan était prévu à 17h27.

© BELGA




"2% est le strict minimum pour faire face aux menaces très réelles"

Le président des Etats-Unis a appelé les pays de l'Otan à se concentrer sur le terrorisme et "les menaces de la Russie", et renouvelé son appel au respect des engagements financiers de tous les Etats membres.

S'il a souligné que l'Alliance était un outil de "paix et de sécurité" dans le monde, M. Trump n'a pas, contrairement à ce qui était attendu, exprimé explicitement son attachement à "l'article 5", véritable socle de l'Otan qui prévoit que les Alliés volent au secours d'un des leurs en cas d'agression extérieure.

"L'Otan du futur doit se concentrer sur le terrorisme et l'immigration, ainsi que sur les menaces de la Russie sur les frontières est et sud de l'Otan", a-t-il déclaré lors d'un discours.

"C'est pour ces mêmes raisons que j'ai été très, très direct avec le secrétaire (général de l'Otan Jens) Stoltenberg et les membres de l'Alliance, quand je leur ai dit (qu'ils) devaient enfin payer leur part et respecter leurs obligations financières", a-t-il poursuivi, regrettant que "23 des 28 nations membres ne payent toujours pas ce qu'elles devraient payer".

"C'est injuste envers les contribuables américains", a-t-il accusé.

M. Trump souhaitent que les Alliés, qui doivent selon lui "d'énormes sommes d'argent", atteignent l'objectif, fixé en 2014, d'un budget défense équivalant à 2% du produit intérieur brut d'ici 2024.

"2% est le strict minimum pour faire face aux menaces très réelles et très vicieuses d'aujourd'hui", a insisté le président américain, soulignant qu'"au cours des huit dernières années", les Etats-Unis avaient "dépensé plus pour leur défense que tous les autres pays de l'Otan réunis".

Il a également exhorté ses homologues de l'Otan à respecter "un moment de silence pour les victimes et les familles de l'attaque sauvage" de Manchester, qui a fait 22 morts et des dizaines de blessés lundi soir à la fin d'un concert pop.

"D'innocentes petites filles et tant d'autres ont été horriblement assassinés et sérieusement blessés", a-t-il souligné, dénonçant "une attaque barbare et vicieuse contre notre civilisation".

"Tous ceux qui chérissent la vie doivent s'unir pour trouver, mettre à jour et éliminer ces tueurs et extrémistes et, oui, ces +losers+. Ce sont des +losers+", a-t-il estimé.