Belgique

Le silence. C'est sans doute ce qui frappe, mercredi matin, dans les envions de la station de métro Maelbeek, touchée hier/mardi matin par un attentat qui a fait une vingtaine de morts, selon différentes sources. Partiellement interdite à la circulation, la rue de la Loi, d'habitude si bruyante, ne semble vibrer ce mercredi qu'au rythme des photographes, des équipes de télévision et de quelques badauds, dont certains travaillent dans le quartier.

Mardi, la plupart étaient déjà dans leur bureau quand sont arrivés quelques-uns de leurs collègues hagards, couverts de poussière, ensanglantés. Ils venaient de fuir le métro et leurs récits terrifiants allaient faire basculer dans l'horreur cette journée de début de printemps.

Mercredi, la station Maelbeek, au coeur du quartier européen, reste inaccessible, cachée par de hautes barrières de police. Tout juste aperçoit-on, à quelques dizaines de mètres, le dessus d'une tente blanche où l'on devine l'affairement des équipes d'identification qui ont oeuvré toute la nuit.

Fermement gardé par des policiers en armes, le périmètre de sécurité, lui, s'étend de la rue d'Arlon au rond-point Schuman où aura lieu, à midi, une minute de silence à laquelle assistera le roi Philippe. A la limite de ce périmètre, des anonymes ont déposé des prières et des fleurs en hommage aux victimes, un geste que posera également une délégation de la Stib sur le coup de 11h00.


La vie reprend son cours à Zaventem

La vie a repris son cours mercredi à Zaventem (Brabant flamand) au lendemain de l'attentat qui a frappé l'aéroport tout proche. Les écoles, la gare et les commerces sont ouverts, les bus circulent normalement. L'accès au centre-ville via l'autoroute A201 a également été rétabli. Seul le tronçon situé entre la sortie 3 Zaventem-Centrum et l'aéroport reste fermé à la circulation. Dans la petite école fondamentale située sur la Antoon Van Dijcklaan, les enfants ont pu jouer dans la cour de récréation mercredi. Mardi, juste après le double attentat qui a frappé l'aéroport, ils étaient restés confinés à l'intérieur. De nombreux parents étaient venus prendre des nouvelles sur place. "Tout va bien. Ils jouent à l'intérieur", avait alors tenu à rassurer une institutrice.

De son côté, le gérant du snack situé sur la Vilvoordelaan, au plus près du cordon de sécurité toujours installé par la police a confié s'être retrouvé en rupture de stock mardi soir après une folle journée.

Les commerces sont ouverts mais peu de passants circulent dans les rues. Le centre-ville de Zaventem a retrouvé son calme. Un silence qui n'est même plus interrompu par le ballet des avions, l'aéroport étant fermé toute la journée.