Les derniers témoins de moralité de Valentin Vermeesch ont été entendus, mardi après-midi, devant la cour d'assises de Liège au procès d'Alexandre Hart, Belinda Donnay, Dorian Daniels, Loïck Masson et Killian Wilmet. Un de ses amis a rapporté qu'il avait des ambitions professionnelles et qu'il entretenait l'espoir de fonder une famille. Valentin Vermeesch avait le contact facile et appréciait de faire connaissance avec diverses personnes. Il était devenu ami avec un voisin de ses parents, qui avait décidé de le prendre sous son aile parce qu'il le trouvait attachant et serviable.

Régulièrement, Valentin se rendait chez ce voisin (un directeur d'hôtel) qui lui permettait de jouer à la Playstation ou de pratiquer la musculation. Ce voisin avait aussi tenté de l'aider à mieux écrire ou à lire. Valentin n'aimait pas l'école car ses condisciples se moquaient de lui à cause d'une coquetterie dans le regard. Mais il avait certaines ambitions professionnelles et voulait travailler dans la carrosserie ou la mécanique.

Valentin Vermeesch avait aussi le projet de fonder une famille. "Lorsqu'il évoquait sa vie amoureuse, il évoquait souvent le nom d'une certaine Vivi. Il avait envie de fonder une famille et de rencontrer une compagne", a expliqué le témoin.

Il fallait peu de choses pour faire plaisir à Valentin Vermeesch. "Il suffisait de lui offrir un sachet de frites ou un hamburger pour qu'il considère ce geste comme quelque chose d'extraordinaire. Un simple repas et il était heureux", a rapporté son voisin. Valentin était aussi très serviable. Il allait régulièrement aider les vieilles personnes à porter leurs courses pour gagner quelques euros. "Mais il faisait aussi trop rapidement confiance aux gens. Il pratiquait des échanges pour faire plaisir mais il était souvent perdant dans la négociation", a indiqué le témoin.

Le voisin a encore ajouté que Valentin Vermeesch avait très peur de l'eau. Il ne savait pas nager. "C'est horrible d'imaginer ce qu'il a dû ressentir quand il a été précipité dans l'eau par les accusés", a-t-il dit.

Selon une de ses tantes, Valentin Vermeesch n'avait pas la notion de la valeur de l'argent. "Avec ou sans argent, il était toujours très heureux", a-t-elle précisé.

Le procès reprendra mercredi à 9h00 avec les auditions des premiers témoins de moralité d'Alexandre Hart. Cinq journées complètes seront consacrées aux auditions des différents témoins de moralité des accusés.