Une grande partie des personnes condamnées en juin dernier dans le cadre du procès dit des "matches truqués", portant sur une vaste fraude dans le monde du football belge entre 2004 et 2006, ont décidé de se pourvoir en appel contre le jugement du tribunal correctionnel de Bruxelles, ressort-il d'un tour de table de leurs avocats effectué vendredi par l'Agence Belga. Les figures de proue du dossier que sont l'ex-entraîneur du Lierse Paul Put et l'agent de joueurs Pietro Allatta ont ainsi décidé de s'opposer à leur condamnation. Personnage lui aussi central dans cette affaire, le Chinois Zheyun Ye avait été condamné par défaut à cinq ans de prison ferme pour avoir approché les clubs de La Louvière et du Lierse et d'autres de D2 en vue de truquer des matches.

Le tribunal avait ordonné son arrestation immédiate, tout comme celle de M. Put, lui aussi jugé par défaut et condamné à deux ans de prison ferme pour corruption active. L'actuel entraîneur de l'équipe nationale du Burkina-Faso a fait opposition contre le jugement car il estime qu'il ne pouvait pas se défendre en tant que néerlandophone devant un tribunal francophone.

Pietro Allatta a lui été condamné notamment pour organisation criminelle, blanchiment, fraude fiscale et organisation de faillite frauduleuse. "Nous estimons la peine de 30 mois de prison à laquelle M. Allatta a été condamné incompréhensible", réagit son avocat Olivier Martins, ajoutant contester l'appartenance de son client à une organisation criminelle.

Me Martins rappelle par ailleurs que pour condamner du chef de blanchiment, il faut que l'origine de l'argent reçu soit délictueuse. Or l'agent de joueurs a perçu plusieurs centaines de milliers d'euros du club d'Anderlecht dans le cadre du transfert de Silvio Proto du club de La Louvière vers l'équipe bruxelloise. L'origine de l'argent est connue et licite, explique-t-il.

L'ancien président louviérois Filippo Gaone et l'avocat du club hennuyer ont tous deux fait appel de leurs condamnations respectives à 10 et 6 mois de prison avec sursis pour abus de biens sociaux. Le second avait en outre été reconnu coupable de détournement, ce qu'il conteste fermement.

L'ancien entraîneur adjoint du Lierse Patrick Deman, reconnu coupable de corruption active et condamné à 12 mois de prison avec sursis, s'est également pourvu en appel.

Il a été imité par de nombreux anciens joueurs lierrois, condamnés pour corruption privée à une peine de dix mois de prison avec sursis pour la plupart. C'est notamment le cas de Laurent Delorge, d'Yves Van Der Straeten et de Marius Mitu. "Au regard du délai écoulé depuis les faits, la sanction est très très importante", estime la défense de ce dernier. Me Julie Meyer, collaboratrice de l'avocat Luc Misson, conteste également que l'ancien joueur lierrois et anderlechtois se soit laissé corrompre.

Enfin, quelques-unes des personnes condamnées ont décidé de ne pas aller en appel de leur condamnation, à l'image de l'ancien entraîneur de La Louvière Gilbert Bodart et l'ex-joueur Olivier Suray. Le premier avait écopé de six mois de prison avec sursis pour corruption active, tandis que le second, condamné notamment pour cette même prévention, s'était vu prononcer une peine de deux ans de prison avec sursis à son encontre.

Du côté des parties civiles, si l'Union belge de football s'est par exemple pourvue en appel, ce n'est pas le cas du club d'Anderlecht, qui réclamait des dommages et intérêts à l'encontre de son ancien joueur Marius Mitu mais qui s'était dit satisfait de la condamnation de celui-ci.

Le procès en appel n'est pas attendu avant le courant de l'année 2015.