Un homme qui s'est reconnu sur l'avis de recherche diffusé mercredi par la police fédérale et qui visait à identifier l'agresseur du commissaire divisionnaire Vandersmissen, violemment agressé mardi lors de la manifestation fédérale, s'est rendu mercredi à la police de Bruxelles. 

Il sera entendu en tant que suspect, a indiqué le parquet de Bruxelles qui ne fera pas d'autre commentaire avant son point presse de jeudi à 11h00. D'après la police fédérale, l'enquête a permis d'établir que l'agresseur est la personne figurant sur la photographie prise mardi lors de la manifestation et diffusée en avis de recherche.

Lors de la manifestation nationale, un individu a frappé à la tête le commissaire divisionnaire Pierre Vandersmissen, qui dirige le service d'intervention de la police locale de Bruxelles-Ixelles. Sur des images de vidéosurveillance, on peut voir l'auteur frapper le commissaire par derrière. Après avoir reçu le coup, le policier est tombé inconscient. Il a pu quitter l'hôpital mercredi et sera en arrêt de travail jusqu'au 1er juin au moins.

On ignore encore pour l'heure si l'agression était ciblée contre le commissaire Vandersmissen, qui intervient régulièrement lors de manifestations d'envergure.

La police locale a par ailleurs procédé à 22 arrestations administratives et 2 arrestations judiciaires dans le cadre des débordements de fin de rassemblement. Celles-ci concernent deux hommes âgés de 20 et 40 ans, qui auraient lancé des projectiles sur la police. Ils ont été identifiés à partir d'images de caméras de vidéosurveillance. Les deux hommes interpellés ont été mis à la disposition du parquet et n'étaient pas connus de la justice ou de la police.