La défense de Mehdi Nemmouche viole le secret professionnel, a dénoncé lundi en fin de journée Me Marchand, conseil du centre pour l'égalité des chances Unia. 

L'avocat dénonce des éléments apportés devant la cour d'assises de Bruxelles qui concernent Mohamed Bakkali, inculpé pour les attentats de Paris et également défendu par Me Courtoy. L'avocat de Mehdi Nemmouche a fait une demande de devoir visant à vérifier l'occupation des cellules à la prison de Bruges. Cette démarche permettrait selon lui de montrer que c'est en fait Mohamed Bakkali, et non Mehdi Nemmouche, qui se trouvait dans une position lui ayant permis de donner des informations sur les attentats de Bruxelles à Salah Abdeslam.

L'arrêt concernant cette demande n'a pas encore été rendu.

"Si la cour constate une faute déontologique, un procès-verbal doit être dressé et envoyé au bâtonnier", a dénoncé Me Marchand.

"Je n'ai pas d'information sur Bakkali, je n'ai donc pas de base solide pour dresser un PV", a réagi la présidente de la cour. C'est éventuellement aux avocats de saisir le bâtonnier, a-t-elle ajouté.

Me Courtoy ne s'est pas montré impressionné par la remarque de son confrère. Il a fustigé la "délation" de Me Marchand et s'est dit certain que sa démarche n'aboutirait à rien. Son collègue Me Laquay a ajouté que c'était lui qui avait formulé la demande de devoir.