Me Michèle Hirsch et Me Guillaume Lys ont insisté, dans leurs répliques lundi devant la cour d'assises de Bruxelles, sur le message que constituera l'arrêt de la cour pour les générations futures, l'attaque au Musée juif de Belgique étant le premier attentat islamiste en Europe à être jugé. "La motivation de votre arrêt va traverser les frontières, s'inscrire dans notre histoire, vous êtes la réponse de notre démocratie au terrorisme", s'est adressée aux jurés Me Michèle Hirsch, avocate du Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB).

Celle-ci a contesté les arguments des avocats de Mehdi Nemmouche selon lesquels elle s'était basée sur des éléments inexistants pour soutenir que Mehdi Nemmouche avait consulté le site Web du Musée juif juste après un contact avec Abdelhamid Abbaaoud.

"Mehdi Nemmouche n'est pas un loup solitaire, c'est un loup parmi les loups. Il fait partie de la meute de l'EI. Il a admis qu'il s'était radicalisé en prison et qu'il avait rejoint la Syrie! Il a donc été entraîné militairement, il a combattu, il a tué et ses compagnons d'armes sont connus, ce sont les Belges Laachraoui et Abaaoud. S'il a quitté la Syrie début 2014, ce ne peut être que parce qu'il a été missionné. Et sa cible lui a été indiquée par des Belges", a réaffirmé Me Hirsch, soutenant que Mehdi Nemmouche a appartenu à la même filière que celle des auteurs des attentats de Paris et de Bruxelles.

Me Guillaume Lys, conseil de l'Association Française des Victimes du Terrorisme (AFVT), a insisté de la même manière sur l'enjeu du procès.

"Aucun deuil n'est possible sans la vérité judiciaire", a déclaré le jeune pénaliste. La décision qui sera rendue par le jury d'assises et qui doit, selon Me Lys, reconnaître la culpabilité des accusés, marquera "les premiers pas essentiels vers une reconstruction pour les victimes, et pour permettre aux générations futures d'oublier les attentats commis par l'EI".

"Le témoignage posthume de Najim Laachraoui prouve que Nemmouche est coupable"

S'il existe une preuve incontestable de la culpabilité de Mehdi Nemmouche, elle réside dans le message audio laissé par Najim Laachraoui, selon Me François Koning. Le kamikaze de l'aéroport de Zaventem avait émis l'idée de kidnapper des personnalités pour demander la libération de "frères qui ont travaillé comme Nemmouche". "Le témoignage posthume de Laachraoui est décisif", a déclaré Me François Koning lors des répliques, lundi en fin de matinée, devant la cour d'assises de Bruxelles.

"Il veut dire qu'il y a là toute une filière qui est prête à kidnapper l'une ou l'autre personnalité pour demander la libération de Mehdi Nemmouche", a affirmé Me Koning, estimant que cet enregistrement de Najim Laachraoui retrouvé sur un ordinateur au cours de l'enquête sur les attentats de Bruxelles est la preuve que l'accusé a commis un attentat terroriste, celui du Musée juif de Belgique le 24 mai 2014.

Il est évident que Najim Laachraoui "connaissait les plans, les missions qu'on avait données à Mehdi Nemmouche, lui a qui a été son frère d'armes en Syrie", a ajouté Me Koning.

Du reste, l'avocat de la famille de Dominique Sabrier, victime de l'attaque au Musée juif, a déclaré que la thèse d'un complot n'était absolument pas crédible mais que, par là, l'accusé s'auto-incriminait.

"Des Libano-chiites-iraniens liés au Hezbollah auraient demandé à Mehdi Nemmouche de passer sous les radars pendant un an, puis en Syrie lui auraient donné l'ordre de retourner en Europe, selon ses avocats", a rappelé Me Koning. C'est ainsi que "plusieurs individus se sont retrouvés dans le 'flat' loué par Nemmouche à Molenbeek et lui auraient laissé un ou deux sacs dans lesquels se trouvaient les armes", a-t-il poursuivi.

"Dans cette version, on zappe complètement la montée de Bendrer à Bruxelles et la descente de Nemmouche à Marseille en avril. Mais en réalité, je suis enchanté! Pourquoi? Parce que Mehdi Nemmouche signe là un aveu de culpabilité en tant que co-auteur d'un attentat. Il va leur louer un 'flat' et organiser leur fuite en partant avec l'attirail du tueur pour détourner les pistes ! Je n'ai jamais vu une défense aussi accablante pour son propre client", s'est exclamé Me Koning.

Pour ce dernier, Nacer Bendrer s'est tout autant auto-incriminé que son co-accusé. "Lorsqu'il est interrogé sur la raison, selon lui, pour laquelle Mehdi Nemmouche lui demande une kalachnikov, Nacer Bendrer répond: 'je me suis dit qu'il allait braquer, faire un truc comme ça'", a relaté l'avocat, estimant que Nacer Bendrer a donc marqué son accord pour qu'un grave délit soit commis.

"Quand il y a des morts, le braquage c'est puni aussi sévèrement qu'un attentat", a-t-il alerté.

Quant au parallèle fait par la défense de Nacer Bendrer avec Mounir Attallah, qui n'a lui finalement pas été renvoyé devant la cour d'assises alors qu'il a aussi menti, Me Koning estime qu'il y a une différence majeure entre les deux hommes. "Mounir Attallah a menti pour protéger son ami Nacer Bendrer", tandis que ce dernier "a menti pour se protéger lui-même", a souligné le pénaliste.