Belgique

Ce matin à 11 heures, la ministre de l’Éducation Joëlle Milquet a envoyé une circulaire à toutes les écoles de la Communauté française. Celle-ci rappelle aux écoles les règles qui sont d’application lorsque le pays est placé sous le niveau 4.

Ainsi, il est demandé à tous les établissements de ne pas laisser les élèves qui ne seraient pas accompagnés de leurs parents quitter l’école ce midi. De même, il est recommandé de "ne laisser qu’un seul point d’entrée, par implantation, et de faire surveiller, de manière permanente, cet accès, par quelqu’un qui sera en contact constant avec la direction".

Ce mardi soir, une présence de responsables de l’établissement devrait être assurée à la sortie des bâtiments "afin de réaliser une identification visuelle des élèves et parents."

Au-delà de ces indications qui avaient été mentionnées au mois de novembre dans les écoles de la capitale, chaque établissement se doit d’obéir également aux recommandations

"La panique gagne les élèves"

Dans une école primaire du réseau libre à Bruxelles, une secrétaire nous rapporte également que la panique a commencé à gagner certains élèves, pourtant en sécurité dans leur classe. "Plusieurs enfants sont en larmes", raconte-t-elle. Dans le même temps, malgré la consigne officielle de ne pas sortir et de rester où on se trouve, plusieurs parents sont venus chercher leurs enfants, ce qui contribue évidemment à renforcer l'inquiétude ambiante.

Dans une autre école de Bruxelles, autorisation a été donnée aux élèves d’utiliser leurs portables pour appeler leur famille et organiser les retours. Par ailleurs explique un mail envoyé aux parents, « une permanence sera assurée par la direction, ainsi que des professeurs pour garder des enfants au-delà des heures habituelles (16h00) si vous tenez absolument à venir les chercher vous-mêmes en fin de journée. »

L’Université libre de Bruxelles poursuit ses activités le plus normalement possible, alors que l’UCL a décidé de suspendre ses activités sur ses sites bruxellois.