On en sait désormais davantage sur les attentats déjoués ce week-end suite à l’arrestation de Samir C., Jawad et Moustapha Benhattal. Les trois suspects, tous membres de la famille des frères Khalid et Ibrahim El Bakraoui, les deux kamikazes du 22 mars, ont été placés sous mandat d’arrêt des chefs de participation à une organisation terroriste ainsi que de tentatives d’assassinats.

Ce week-end, une information circulait déjà sur une cible potentielle visée par les trois hommes : la fan zone située place Rogier, à Bruxelles. C’est en tout cas à proximité de la chaussée d’Anvers que les suspects avaient l’intention d’agir. À quelques mètres de la place Rogier et de la station de métro Yser, dont certains accès ont d’ailleurs été fermés aux voyageurs ce lundi matin.

Mais ce n’est pas tout. Selon La Dernière Heure, une autre cible, de taille, était également visée : l’avenue Louise. L’une des artères commerçantes les plus luxueuses de la capitale, située dans le prolongement du palais de justice de Bruxelles. Toujours selon La DH, c’est une fusillade qui se préparait sur place. C’est ce qui ressortirait des écoutes téléphoniques réalisées en fin de semaine dernière.

La DH apprend ainsi que c’est en plaçant des micros dans un véhicule que le projet a pu être découvert. Une voiture à bord de laquelle Samir C., Jawad et Moustapha Benhattal auraient circulé peu avant leur arrestation, afin de repérer leurs futures cibles.

Ils seraient ainsi passés par l’avenue Louise avant de rejoindre la chaussée d’Anvers. Les discussions auraient alors tourné autour de l’utilisation d’armes automatiques et non d’explosifs, pour passer à l’action.

Et c’est sans doute ces écoutes qui ont précipité la vague de perquisitions menées dans la nuit de vendredi à samedi. Perquisitions au cours desquelles, pour rappel, ni armes ni explosifs n’ont été retrouvés. De nombreux garages de l’agglomération bruxelloise ont été fouillés, sans succès.

Douze personnes ont alors été arrêtées dont trois seulement placées sous mandat : Samir C., Jawad et Moustapha Benhattal.

Parmi les interpellés de vendredi se trouvait également la maman des frères El Bakraoui, Khadouj Benhattal. Les enquêteurs cherchaient à savoir si elle était de mèche avec ses neveux. Elle était en effet le lien entre eux et ses deux fils kamikazes. L’enquête sur le GSM de la dame n’a rien donné de probant et aucune charge n’a été retenue contre elle. Elle avait été entendue pour la première fois par les enquêteurs de la police fédérale à l’issue de l’enterrement de ses enfants à Bruxelles.

Selon son avocat, Me Dieudonné Ilunga, "elle est désespérée. Elle a perdu deux enfants qui sont à l’origine d’un carnage. Elle déplore ce qu’ils ont fait et compatit avec les victimes des attentats de Bruxelles."

Notons enfin que parmi les sources judiciaires qui ont bien connu Jawad et Moustapha Benhattal, 29 et 40 ans, plusieurs sont réellement surprises de leur implication dans un quelconque projet terroriste. Les deux suspects ne présentaient aucun signe de radicalisation, nous répète-t-on.