Un des suspects arrêtés samedi à Athènes "pourrait avoir un lien" avec la cellule jihadiste présumée démantelée cette semaine en Belgique et le parquet fédéral va donc demander son extradition, a annoncé un porte-parole du parquet dimanche soir.

"Sur les deux suspects arrêtés, il y en a un qui pourrait avoir un lien" avec l'affaire, a indiqué Thierry Werts, porte-parole du parquet fédéral, sur la chaîne RTL. "Il y a des éléments suffisants pour demander son extradition". Interrogé pour savoir s'il s'agissait du cerveau présumé de l'affaire, il s'est refusé à tout commentaire, "pour la sécurité de l'enquête", sur la chaîne RTBF.

Les deux jihadistes tués à Verviers étaient originaires de Molenbeek

Les deux djihadistes abattus jeudi à Verviers provenaient de Molenbeek, où deux perquisitions ont eu lieu dimanche matin dans le cadre de cette même affaire, a indiqué dimanche la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans, à l'agence Belga.

Le parquet fédéral avait indiqué dans la matinée que deux nouvelles perquisitions étaient menées dans la Région de Bruxelles-Capitale, sans divulguer l'endroit précis de ces perquisitions. Toujours selon le parquet, ces perquisitions n'ont donné lieu à aucune arrestation.

Jeudi soir, 13 personnes ont été interpellées lors de perquisitions menées à Verviers, Molenbeek-Saint-Jean, Bruxelles et Berchem-Sainte-Agathe. D'autres perquisitions ont également eu lieu à Anderlecht et Liedekerke. A Verviers, deux auteurs ont ouvert le feu sur les forces spéciales de la police fédérale. Les deux djihadistes ont été abattus lors de l'assaut.