Les avocats des cinq inculpés détenus dans le dossier terrorisme de la "filière syrienne" ont plaidé la remise en liberté de leurs clients, vendredi, devant la chambre du conseil de Bruxelles. Une décision est attendue dans l'après-midi. Au total, dix-neuf personnes sont inculpées dans cette affaire qui concerne l'envoi de Belges vers la Syrie pour faire le djihad. "J'ai plaidé la remise en liberté de mon client qui est professeur en mécanique dans une école et qui n'est plus impliqué depuis longtemps dans un quelconque projet de départ vers la Syrie ou autre", a commenté Me Didier de Quévy, vendredi, à la sortie de l'audience.

"Oui, il est allé jusqu'à la frontière syrienne. C'est là qu'il a été intercepté. Mais il n'y a rien d'autre à sa charge, mis à part des écoutes téléphoniques qui parlent du djihad, mais elles datent de 2012. Depuis, mon client a repris une vie normale", a encore précisé l'avocat de Majid A.

"Il conteste avoir participé à des activités d'un groupe terroriste en qualité de dirigeant. Mais la juge d'instruction refuse de le libérer. Or, quatre des inculpés ont, eux, été libérés il y a deux mois", a exposé Me de Quévy.

Dix-neuf individus au total sont inculpés de participation aux activités d'un groupe terroriste. Ils sont suspectés d'avoir organisé l'envoi de jeunes Belges musulmans vers la Syrie et de les avoir entraînés au maniement d'armes.