L'incident qui s'est produit mercredi chez Belgocontrol, à la suite duquel l'espace aérien belge a été fermé durant une bonne partie de la journée, a coûté au moins 2,5 millions d'euros aux compagnies aériennes actives à Brussels Airport, a estimé jeudi le représentant officiel des compagnies aériennes, l'Airline operators committee (AOC). 

"Selon une première évaluation, nous pouvons dire que le coût s'élève à plus de 2,5 millions d'euros pour les compagnies aériennes et que ce montant augmentera encore dans les prochains jours", a indiqué le président de l'AOC Dieter Bruneel. Celui-ci fait par ailleurs remarquer que les compagnies sont toujours occupées à acheminer les passagers touchés vers leur destination.

Les compagnies aériennes attendent maintenant que l'enquête révèle la cause du problème. "Une fois la raison connue, les responsabilités pourront enfin être attribuées", a expliqué M. Bruneel.

La BTO veut porter plainte

La Belgian Travel Organisation (BTO), l'association des agences de voyages, envisage la possibilité de demander des dommages après la panne d'électricité de mercredi qui a paralysé le ciel belge pendant de longues heures, a annoncé jeudi la BTO. La BTO parle d'un "jour noir pour l'aviation belge et l'industrie du tourisme dans son ensemble", étant donné que l'incident a provoqué l'annulation ou la déviation de quelque 200 vols et bloqué près de 35.000 personnes au sol.

L'association souligne que les agences ont tout fait pour accompagner au mieux les voyageurs concernés. Elles se sont chargées de leur trouver d'autres vols ou de les rembourser. De plus, elles se sont assurées auprès des compagnies aériennes que des rafraîchissements, repas, appels téléphoniques gratuits et parfois nuits d'hôtel étaient pourvus.

La BTO se basera sur le rapport d'enquête de l'incident pour décider si elle dépose ou non plainte.