Jusqu'à la déclaration d'Olivier Maingain, la discrétion était de mise, mardi matin, après la première réunion des présidents des partis de la majorité et des Verts avec le premier ministre Yves Leterme et le médiateur royal Jean-Luc Dehaene. L'un des éléments qui ressortait des rares commentaires visait les informations parues dans la presse qualifiées pour partie de dépassées voire erronées.

Yves Leterme et Jean-Luc Dehaene ont réuni les présidents du PS, du MR, du cdH, du CD&V et de l'Open Vld ainsi que d'Ecolo et de Groen! lundi soir. Les négociateurs se sont quittés peu après 1 heure dans la nuit et devraient se retrouver ce mardi dans l'après-midi ou le soir. Tout le monde restait très discret mardi matin. Seul le président du FDF Olivier Maingain a réagi. "Ce qu'on nous présente n'est même pas une base de négociation acceptable. C'est un cahier de revendications flamandes, tout simplement. M. Dehaene se comporte en chef de file de la délégation flamande", a-t-il dit au Soir. Il faut noter que M. Maingain ne participe pas directement à la négociation: elle est limitée aux seuls présidents du MR, Ecolo, PS, cdH, CD&V, Open Vld et Groen!.

La sortie du président du FDF a déjà suscité un commentaire acerbe du cdH: "Les 4 partis francophones, unis, ont exprimé hier (lundi) à leurs collègues et encore une fois à Jean-Luc Dehaene leurs commentaires et points de vue collectifs. Il a été demandé à chaque parti présent autour de la table de ne pas exprimer les points de vue publiquement, ce qui avait été respecté jusqu'à présent", a regretté Joëlle Milquet

Dans les autres partis francophones, on insistait sur le bon climat de négociation. On soulignait qu'on était encore loin d'un accord même si les appréciations variaient d'une formation à l'autre. "Il reste encore de gros points sur lesquels les francophones ne peuvent pas marquer leur accord", confiait-on à une source qui précisait que "la proposition paraissait jusqu'à présent déséquilibrée". Ailleurs, on se montrait plus nuancé. "C'est 1-1. Y a à boire et à manger", affirmait-on, en insistant sur le fait que les propositions de M. Dehaene contenaient des éléments difficiles à accepter tant par les francophones que par les néerlandophones. Selon cette même source, "l'idée reste d'avancer sur quelque chose de significatif d'ici jeudi. Tout le monde est d'accord là-dessus même si le sentier est escarpé". Des pistes font d'ailleurs l'objet d'un consensus et des techniciens travaillent actuellement à les mettre sur le papier, disait encore cette source.