Biocarburants: l'horizon se dégage

Belgique

Gilles Toussaint

Publié le

Pour pouvoir mettre en oeuvre concrètement sa politique en faveur des carburants «verts» - coulée dans une loi le 11 juillet 2005 -, le gouvernement belge était toujours dans l'attente de l'aval de la Commission européenne sur les mesures de défiscalisation qu'il a adoptées pour rendre ces derniers économiquement concurrentiels avec leurs homologues fossiles. Aux yeux de l'Europe en effet, de tels avantages s'apparentent à une aide d'Etat.

C'est désormais chose faite, ont annoncé mercredi en marge du Salon de l'auto les ministres fédéraux de l'Agriculture et des Finances, Sabine Laruelle et Didier Reynders (MR). Un arrêté royal fixant l'entrée en vigueur de la loi et ses modalités d'application va à présent rapidement être publié. Le 1er mai prochain, un premier appel d'offres sera lancé pour le biodiesel, tandis que l'appel d'offres pour le bioéthanol est prévu le 1er octobre 2007. Ces appels à candidatures qui se feront à l'échelle européenne devront conduire à l'agréation des unités de production de biocarburants susceptibles de fournir les volumes nécessaires au marché belge.

En matière de biodiesel, les capacités agricoles de production de colza étant de toute façon limitées dans notre pays, celui-ci - ou du moins les matières premières nécessaires à sa fabrication - sera largement dépendant des importations. Pour le bioéthanol par contre, qui sera transformé en ETBE pour être mélangé à l'essence sans plomb (lire «La Libre» du 11/01/2006), le potentiel des cultures locales est plus que suffisant. Deux projets belges d'unités de production de bioéthanol sont ainsi sur la table depuis plusieurs mois, l'un à Gand et l'autre à Wanze (lire ci-contre).

Pratiquement, le pourcentage de biodiesel mélangé au diesel classique pourra atteindre 3,37 pc en 2006 et 4,29 pc en 2007. L'ETBE pour sa part sera mélangé à l'essence à raison de 7 pc.

L'huile pure de colza issue des filières courtes locales pourra également être utilisée dans des véhicules dont la motorisation a été adaptée à cette fin. Cet usage sera toutefois limité à certaines flottes captives comme les transports en commun.

On notera enfin que l'utilisation à 100 pc d'huile pure était déjà autorisée pour les engins agricoles, horticoles, sylvicoles et piscicoles, compte tenu du fait que ceux-ci bénéficient déjà d'une détaxation totale pour leurs carburants.

© La Libre Belgique 2006

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous