Belgique

Il y a des jours comme cela où l’on regretterait presque d’être déjà diplômé(e). Non pas que le monde du travail ne nous passionnerait pas, mais bien que - dans un élan de générosité [?] ou de compassion plutôt - l’on souhaiterait accompagner, moralement et psychologiquement, nos plus jeunes frères et sœurs dans leurs premiers pas au cœur du monde étudiant.

Les blocus Des moments mémorables. Et dans tous les sens du terme d’ailleurs. Pour les plus chanceux, c’est avec un frère, une sœur, un cousin, une cousine, un cokoteur ou encore avec un ami qu’ils les passeront. Des périodes certes difficiles, mais parsemées ici et là de précieuses minutes de détente, voire de fous rires. Pour les autres, c’est malheureusement bien seuls, face à leurs cours, qu’ils décompteront les jours. Espérant ainsi "passer au plus vite" ces moments d’ennui et de solitude.

C’est précisément pour éviter ce dernier cas de figure que l’Université catholique de Louvain (UCL) vient d’étendre en son sein un projet baptisé "Pack en bloque". Une initiative pour le moins originale, une première en Communauté française, paraît-il, destinée aux étudiants de première année de baccalauréat et visant à mettre à leur disposition une série d’outils (tableaux horaires, laboratoires), d’infrastructures (salles d’études, restaurants universitaires, terrains de sport) et de personnel (professeurs, assistants, psychologues, conseillers pédagogiques) afin de les aider à cadrer leur blocus et, in fine, à réussir leur session de juin.

Des aides "à la carte"

Ainsi, depuis ce lundi et ce, jusqu’au vendredi 12 avril, près de 600 étudiants de première année issus des secteurs des Sciences de la santé (médecine, pharmacie ), des Sciences humaines (psychologie, droit ) et des Sciences (maths, agronomie ) se retrouvent, le temps d’une semaine, dans la cité universitaire louvaniste mais aussi sur le site de Woluwe.

Un projet qui entend recouvrir une double dimension : "Il y a d’abord le volet académique : leur apprendre le métier d’étudiant, c’est l’objectif premier, expose Florence Vanderstichelen, responsable du service d’aide aux étudiants à l’UCL. Et dans le métier d’étudiant, il y a le blocus. Et certains étudiants de première année de baccalauréat, manifestement, ne savent pas ce qu’est un blocus. Ils n’ont jamais eu ou vu leurs grands frères ou grandes sœurs en blocus, ne savent pas qu’un blocus cela se prépare, que cela demande du rythme, de l’équilibre, de la méthode."

Durant toute cette semaine, les étudiants participants se voient ainsi proposer un encadrement ciblé : dès les premiers jours de façon à établir leur planning, et en fin de semaine pour en faire le bilan. Ils se voient également offrir une série d’aides "à la carte". Ateliers de méthodologie (journal de bord, évaluation et éventuel ajustement de la méthode de travail), remédiations dans différentes disciplines en compagnie d’assistants, ateliers "santé" pour apprendre à gérer le stress et pour rétablir un certain équilibre alimentaire Le panel est large.

"L’idée, c’est vraiment de proposer aux étudiants une multitude d’ingrédients leur permettant de faire la recette ‘blocus’ qui leur convient le mieux" , insiste Nicolas Dessambre, conseiller pédagogique et coordinateur du centre de développement pédagogique à l’UCL. " En aucun cas il ne s’agit de leur imposer une recette ‘miracle’. Car, soulignons-le, la visée ultime de "Pack en bloque", c’est vraiment l’autonomie de l’étudiant, sa capacité à s’autogérer, plus que l’objectif de réussite poursuivi."

Un esprit sain dans un corps sain

A côté de ce volet académique, la santé et l’équilibre de vie en blocus sont également des éléments cruciaux. "C’est tout simplement primordial. Parce qu’un blocus, c’est comme une course de fond, cela demande de l’entraînement et cela ne s’improvise pas , souligne Florence Vanderstichelen. Et c’est souvent là que le bât blesse chez les étudiants. Ils ont une méthode, étudient mais se nourrissent mal et/ou ne bougent pas suffisamment." Déjeuners, dîners, goûters et parfois même soupers sont ainsi proposés quotidiennement aux étudiants. Des activités sportives et des séances de relaxation leur sont également organisées.

Un esprit sain dans un corps sain donc Via un soutien psychologique adéquat aussi : "Travailler collectif, être solidaire, créer du lien social, briser la solitude, autant de valeurs que sous-tend également Pack en bloque", constate Elise Lazzeri, assistante sociale à l’UCL. Et la même d’ajouter : "Sans oublier l’accessibilité financière de ce projet à tout étudiant."

Le coût de la semaine s’élève à 65 € (repas ), un montant que les étudiants boursiers n’auront pas dû débourser.