Il entrera en fonction le 1er septembre 2009. La commission électorale annonce, ce lundi 23 mars, les résultats du 2e tour de l’élection du recteur de l’UCL. 3 758 électeurs ont voté sur un total de 5 143 électeurs inscrits sur les listes électorales. Les résultats enregistrés au 2e tour sont les suivants : Bruno Delvaux : 53,83 %, Vincent Blondel : 42,45 %, Votes blancs : 3,72 %

Toutefois, ces résultats ne seront définitifs qu’en l’absence d’un recours éventuel de l’un des deux candidats (mercredi, 12h), ainsi que le prévoit le règlement électoral de l’UCL. Diplômé de l’UCL, Bruno Delvaux est ingénieur agronome (1978). Il a travaillé pour la FAO et le CIRAD en Afrique et dans la zone caraïbe. Il y a dirigé des recherches sur le développement de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement. Docteur en sciences agronomiques de l’UCL (1988), il rejoint son Alma Mater en 1991 et y enseigne les sciences du sol. Professeur visiteur au Japon et en France, actif dans sept programmes européens, il dirige une équipe de recherche dans le domaine des relations sol-plante et des cycles biogéochimiques.

Il est élu doyen de la Faculté d’ingénierie biologique, agronomique et environnementale en 2004. Au sein de l’UCL, le futur recteur a, entre autres, présidé la Commission de l’environnement (1999-2002) et ouvert la Chaire Tractebel–Environnement. Il a animé le Groupe de travail « Baptêmes » (1998) qui a établi la charte des baptêmes UCL.

Bruno Delvaux est né en 1954, il est marié et père de trois enfants. Il pratique le cyclisme et est passionné d’œnologie et d’histoire.

Rappelons que, pour la première fois de l’histoire de l’université, le recteur de l’UCL a été élu au suffrage universel pondéré, toutes les catégories de personnel et les étudiants étant appelés à exprimer leur choix. En outre, le système de vote électronique qui a permis de mener l’élection à bien est tout à fait inédit, à cette échelle : conçu et appliqué par le groupe CRYPTO du Laboratoire de microélectronique (Ecole polytechnique de Louvain), il permet à chaque électeur de vérifier que le résultat de l’élection est correct.