Le président du FDF, Olivier Maingain, a "exclu" samedi toute scission de l'arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde sans élargir Bruxelles et sans relier la Wallonie. "Il faut dire aux Flamands: 'Vous êtes demandeurs d'autonomie? Voilà la prix que vous allez devoir payer: l'élargissement de Bruxelles, le rapprochement avec la Wallonie'. A eux de choisir", déclare M. Maingain dans un quotidien belge.

"A ce moment de notre histoire, les francophones doivent, en fait, négocier une plus grande autonomie pour la Flandre contre une plus grande unité entre Bruxelles et la Wallonie, avec un lien territorial. En substance: 'Messieurs, vous voulez plus d'autonomie? Très bien. Mais le prix à payer, c'est que vous perdrez en influence sur Bruxelles, notamment parce que vous devrez déménager votre capitale d'Etat flamand, et que vous cesserez d'y exercer certains compétences communautaires'", a-t-il précisé.

Pour le président du FDF, il faut aussi régler "la question des bourgmestres (francophones non nommés dans la périphérie, NDLR) avant de s'engager dans la négociation sur ce qui était prévu dans le 'premier paquet' de la réforme de l'Etat: BHV, transfert de compétences, etc.".

Et de fustiger le CD&V qui, "comme toujours, avance masqué", et le Premier ministre Yves Leterme, issu de ce parti. "Il a dit un jour que la Belgique n'avait plus de valeur ajoutée... Autrement dit, pour lui, sa fonction de Premier ministre de l'Etat belge n'est pas une plus-value, mais il l'assume comme étant la meilleure façon pour le moment de rendre service à la Flandre dans ses projets d'autonomie. Je n'ai aucun doute là-dessus", conclut Maingain dans le journal Le Soir.