Référendum en Écosse ou élections régionales en Catalogne ravivent toujours sur notre territoire l'idée d'une Flandre désireuse de prendre son indépendance. Une crainte souvent entendue au sud du pays, sans être un réel cheval de bataille de l'autre côté de la frontière linguistique. En effet, un coup d'oeil sur la presse flamande de ce lundi montre que le scrutin catalan n'est pas la priorité majeure du nord du pays.

Au milieu de l'affaire VW ou des dernières sorties médiatiques de Theo Francken, seul le Standaard consacre son édito du jour à la question catalane. Bart Brinckman ose le parallèle avec la Flandre : "Si Bart De Wever ne parvient pas à forcer le glissement vers le confédéralisme après les élections de 2019, il considérera son engagement politique comme un échec" explique l'éditorialiste flamand. Mais Brinckman apporte d'emblée une nuance importante : "Le jeune Flamand ne partage, pour l'instant, pas le sentiment d'indépendance des Écossais ou des Catalans."

Des propos qui rejoignent ceux de Jan Segers, éditorialiste en chef d'Het Laatste Nieuws, sur le plateau de l'émission de Christophe Deborsu ce dimanche sur RTL : "Non, ça ne va pas donner des idées à la Flandre, parce que la Flandre n'en veut pas. Il y a des sondages à ce sujet tous les ans, et les résultats ne changent jamais. Très peu de Flamands se battraient pour l'indépendance flamande".