Encore des changements et non des moindres à la tête de l’Eglise de Belgique ! Le chanoine Etienne Quintiens qui était le secrétaire de la Conférence épiscopale depuis près de 20 ans devient conseiller belge, en jargon romain : de l’Eglise locale, auprès de la Nonciature apostolique de Belgique. Pour remplacer ce grand connaisseur de dossiers, l’on ne pouvait pas faire appel au premier venu; il fallait au moins quelqu’un qui connaisse aussi très bien les réalités ecclésiales locales. C’est le chanoine Herman Cosijns qui le remplacera donc à la Conférence épiscopale.

Cette double nomination a été présentée lors de la Conférence épiscopale du 30 juin dernier en présence du nonce apostolique Mgr Giacinto Berloco. Elle prendra cours après les vacances mais même à ce moment-là, la transition se fera encore en douceur.

C’est qu’être secrétaire de la Conférence épiscopale n’est pas une fonction honorifique : même s’il n’a pas le titre d’évêque, celui qui en a la charge vit au cœur du cœur des décisions de l’Eglise et de ses grandes évolutions sociétales. Et il est au centre des bons et des moins bons moments de la Conférence épiscopale.

En fait le poste est relativement récent, n’ayant été institué qu’avec la création de la Conférence épiscopale en 1967. Avant Etienne Quintiens qui l’assumait depuis 1995, le poste n’avait été occupé que par Léo De Clerck (67-72) et par Raymond Cauwe (72-95). Mais il est permis, nous semble-t-il, d’y ajouter aussi Mgr Albert Prignon qui fut le très efficace secrétaire des évêques belges pendant le concile Vatican II au Collège belge à Rome.

Le nouveau secrétaire, le chanoine Herman Cosijns connaît très bien la "maison" lui aussi. Celui qui devient également directeur du Centre Interdiocésain et de la Coordination interdiocésaine était, en effet, jusqu’ici, vicaire épiscopal pour Bruxelles au sein de l’archidiocèse. Ce spécialiste du temporel était aussi un homme bien au fait du terrain, étant par ailleurs recteur de la basilique du Sacré-Cœur de Koekelberg et de Notre-Dame de Laeken où il accueillait régulièrement la famille royale. Le chanoine Cosijns aurait par ailleurs fait un excellent évêque pour la capitale et figurait d’ailleurs parmi les favoris. A noter qu’à Bruxelles, c’est le P. Tony Frison, originaire de Tirlemont qui succède au chanoine Cosijns pour seconder l’évêque auxiliaire, Mgr Jean Kockerols.