La Rue de la Régence qui relie le village policier à la Place Royale est littéralement bondée de monde et ce, depuis le début de la journée. C'est sans doute le son des fanfares qui attire les visiteurs. Quelques membres d'un cortège chantent "Auprès de ma blonde, qu'il fait bon dormir" avec entrain. En sens inverse, une fanfare européenne, plus sobre, est formée de 28 porte-drapeaux qui brandissent fièrement les couleurs de chaque pays de l'Union européenne, tandis que le dernier ferme la marche avec le drapeau européen. 

De part et d'autre de ces troupes, la foule se bouscule et tente de se frayer un chemin. A la lumière du soleil, on peut déjà apercevoir que certains y sont peut-être restés trop longtemps : leur peau a très nettement viré au rouge. Mais qu'à cela ne tienne, ils comptent bien rester jusqu'au soir. "C'est vrai qu'il fait chaud, mais le temps ne m'empêchera pas de faire tout ce que j'ai prévu", déclare un homme en short qui se dirige vers la zone consacrée à la Défense.

En début d'après-midi, la chaleur est pourtant difficile à supporter. Certains parents s'arrêtent ainsi le long de la route pour appliquer de la crème solaire sur leur bébé, tandis que d'autres prennent soin de leur animal de compagnie. Les plus incommodés par la chaleur ont, eux, pris le pari de se reposer quelques instants dans l'Eglise du Sablon qui offre une fraîcheur plus qu'appréciable. Très vite, ils ressortent pour profiter de l'ambiance festive...

Des sensations fortes

Si la plupart des visiteurs profitent tranquillement d'une boisson, d'un paquet de frites ou simplement de la musique, d'autres sont manifestement venus tenter de nouvelles expériences. Ainsi, ils testent volontiers une activité proposée dans le village policier. Il s'agit d'une voiture qui exécute plusieurs fois par minute des tonneaux sur elle-même. Pas sûr en effet qu'ils auront l'occasion de pratiquer de nouveau ce genre d'activité en toute sécurité.

Dans la zone consacrée à la Défense, des courageux testent l'aéotrim, un dispositif qui tourne selon trois axes différents. Le testeur est placé au milieu de ses cercles et pivote sur lui-même, subissant de temps à autre des accélérations qui font monter l'adrénaline. Un Flamand, le sourire aux lèvres, vient de sortir de cette machine. "A force, ça donne vraiment le tournis, mais c'est super chouette", dit-il le pouce levé avant de repartir au bras de sa compagne qui, visiblement, n'avait aucune envie de tester cet engin.