On ne va pas crier trop vite au scandale. Mais tout de même. La liste des associations subventionnées par la Ville de Charleroi en 2011 révèle quelques usages qui en étonnent plus d’un dans le monde politique. Obtenu par un conseiller communal MR en mai dernier et exhumé du site Internet de la commune par le FDF, nouveau venu en Wallonie, le document en question contient, entre beaucoup d’autres ASBL, des organes très directement liés à quatre partis politiques. Les voici.

- Action libérale, basée à Mons, consacrée à "la gestion financière de la fédération provinciale du Hainaut et des fédérations des arrondissements de Charleroi, Thuin, Mons, Soignies et Hainaut occidental du MR". Lui sont accordés deux détachements de personnel pour des montants respectifs de 31 000 et 35 000 euros.

- L’ASBL Génération socialiste avec en "justification du subside" l’objet suivant : "Plate-forme de communication entre les échevins et les conseillers communaux et aussi et surtout (sic) entre les élus et les habitants de Charleroi". Ici également, deux détachements de personnel pour des montants de 31 000 et 42 000 euros.

- Le groupe politique CDH, sans justification, qui bénéficie lui aussi d’un détachement de personnel pour près de 32 000 euros.

- Le groupe politique Ecolo, sans justification, avec un détachement de personnel pour 38 000 euros.

Total : quelque 210 000 euros pour l’an dernier et quelques interrogations quant à l’opportunité de tels financements. Les FDF de Charleroi vont interpeller cette semaine le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Paul Furlan (PS).