Il y dix ans, lorsqu'un groupe de victimes d'abus sexuels a demandé un entretien avec le cardinal Danneels, celui-ci a refusé de les croire et d'intervenir contre ces abus au sein de l'église, selon un témoignage de Lieve Janssens, présidente de l'association "Vlaamse werkgroep Mensenrechten in de kerk". Le témoignage aurait dû être lu devant la commission Adriaenssens, mais étant donné sa démission, il a été lu mardi par un membre du Werkgroep sur les marches de la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles. Le Werkgroep avait rendez-vous le 25 janvier 2000 avec le cardinal à l'archevêché de Malines.

L'objectif était que le cardinal écoute une vingtaine de victimes, mais la rencontre s'est extrêmement mal passée, selon le témoignage. La réaction du cardinal était tout autre que celle attendue. "J'espérais qu'il dise qu'il avait entendu notre douleur qu'il prendrait ses responsabilités", a expliqué le témoin. "Mais il a dit qu'il se sentait comme au tribunal; que les victimes essayaient de détruire l'église en rendant tout public et que nous pouvions encore apporter des milliers de dossiers mais qu'il ne pouvait pas savoir s'ils relevaient de la pure fantaisie".