Ce mercredi, les étudiants en droit de la KUL organisaient le premier débat électoral entre présidents de parti. Ils étaient tous là, Gwendolyn Rutten (Open VLD), Bruno Tobback (SP.A), Wouter Van Besien (Groen), Peter Mertens (PVDA +). Même Wouter Beke (CD&V) avait fait le déplacement. Il est arrivé en retard à cause des funérailles d’une des victimes du terrible accident de ce week-end sur l’E314 - victime originaire de sa commune Leopoldsburg. Mais il est venu. Le seul qu’on n’a pas vu, c’est Bart De Wever. 

Le président de la N-VA était remplacé par le député Théo Francken. Le président des nationalistes flamands avait décliné l’invitation en invoquant la nécessité de ménager sa santé. Le hic, c’est que le matin même dans une interview, Bart de Wever s’était déclaré en pleine forme, requinqué par la semaine de vacances qu’il a passée dans les Alpes suisses. 

Son absence a rendu les autres présidents de parti furibards. Lesquels le soupçonnent de vouloir se soustraire à des débats contradictoires pour donner l’impression d’être au-dessus de la mêlée. Bruno Tobback l’a comparé à Mao. "En Chine, les gens recevaient aussi les bulletins de santé de Mao, mais ils n'avaient jamais aucune explication du Grand Timonier sur sa politique."