Dedecker : tous les partis réclament une sanction

Belgique

Publié le

Dedecker : tous les partis réclament une sanction
© BELGA

Tous les partis démocratiques, y compris le VLD, ont présenté mercredi en séance plénière une motion demandant au bureau du Sénat de prendre une sanction à l'encontre de Jean-Marie Dedecker (VLD). En l'absence d'un quorum de présence suffisant, le vote de cette motion ne devrait intervenir que la semaine prochaine.

René Thissen (PSC) a recommandé l'inscription dans le règlement des assemblées parlementaires d'une disposition d'ordre déontologique qui permettrait ce genre de sanction. «Venant d'un parti démocratique comme le VLD ce genre de pratique est inacceptable. On doit avancer rapidement afin de les refréner, ainsi qu'on l'a fait pour les dépenses électorales », a-t-il souligné.

Outre une demande de sanction, bon nombre de sénateurs, comme Philippe Monfils (PRL-FDF-MCC), Philippe Mahoux (PS) ou René Thissen (PSC) ont fait part de leurs craintes face aux conséquences que pourrait avoir la visite de Jean-Marie Dedecker sur l'instruction en cours et le procès de Marc Dutroux.

Jean-Pierre Malmendier (PRL-FDF-MCC) en a appelé au respect qu'il convenait de témoigner aux parents des victimes de Marc Dutroux. «Si Jean-Marie Dedecker avait cultivé ce respect, il n'aurait jamais mené cette action », a-t-il expliqué. Il a aussi lancé un appel aux électeurs pour qu' »ils soient attentifs à ce qu'ils feront dans quelques mois ».

Frans Lozie (Agalev) a mis en avant la nécessité d'élaborer un code de déontologie à l'égard de la presse qui déterminerait des conditions dans lesquelles un journaliste peut avoir des contacts avec une personnes détenue. Ce texte devrait concilier la liberté de la presse, le respect des droits de la défense et le secret de l'instruction.

La chef de groupe VLD Jeanine Leduc a privilégié la voie de l'introspection face à la responsabilité de son collègue. «J'ai une philosophie personnelle un peu simple, peut-être naïve: chaque homme, quel qu'il soit doit toujours être honnête envers lui-même et les autres. Chaque soir, avant d'aller se coucher, il doit regarder au fond de son coeur les actes qu'il a posés », a-t-elle déclaré.

Elle a aussi insisté sur la fonction de symbole que devaient assumer les élus de la Nation. A cet égard, Jean-Marie Dedecker a commis une faute, estime-t-elle.

Josy Dubié (Ecolo) a insisté pour que l'incident ne restreigne pas le droit des parlementaires de visiter des prisons à l'heure où certaines d'entre elles deviennent des «zones de non-droit ».

Contrairement à ce qui s'est passé mercredi matin en Commission de la Chambre, personne dans l'opposition n'a demandé la démission du ministre de la Justice, Marc Verwilghen. (BELGA)

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous