Des armes wallonnes ont bien été chargées à destination de l'Arabie Saoudite le week-end dernier au port d'Anvers. "L'envoi présent à bord du navire Bahri Yanbu a été effectué sous le couvert d'une licence valable qui n'a pas été suspendue", a écrit, dans un courrier daté de mardi, l'administrateur général des Douanes et Accises Kristian Vanderwaeren à l'avocat de la Ligue des Droits Humains et de la CNAPD, Vincent Letellier. Le Bahri Yanbu, battant pavillon saoudien, se trouvait au port d'Anvers de vendredi soir à dimanche soir, en provenance de Brême, en Allemagne. Il s'est ensuite rendu en Angleterre et se trouve actuellement au large du Havre, où il doit prendre livraison d'une nouvelle commande d'armement, selon la presse française. Une requête déposée en extrême urgence par une ONG française vise à l'empêcher de reprendre la mer. Depuis jeudi, le Bahri Yanbu reste au large du Havre car, selon l'AFP, "les conditions techniques ne sont pas là" pour l'accueillir au port.

La livraison d'armes à l'Arabie Saoudite fait grand bruit en raison de son implication dans le conflit au Yémen. Elle a entraîné des questions à l'assemblée nationale en France et fait réagir le président Emmanuel Macron.

Dans son courrier à l'avocat des ONG belges, l'administrateur des Douanes a rappelé le rôle de l'administration qui se limite à "agir dans le cadre de sa mission de contrôle, où est vérifiée la correspondance entre la déclaration, la licence et l'envoi, et accepter ou refuser l'envoi sur demande expresse de la Région compétente". Et de préciser que si les Douanes reçoivent pour "instruction par la Région wallonne, concernant la non-délivrance ou la suspension d'une licence, ceci est alors traité dans l'analyse de risque et les processus de contrôle". Cela n'a pas été le cas le week-end dernier, le chargement ayant été effectué "sous le couvert d'une licence valable qui n'a pas été suspendue".

La Ligue des droits humains et la CNPAD avaient demandé vendredi au ministre des Finances Alexander De Croo et à l'administration des Douanes d'empêcher l'exportation de matériel qui ferait l'objet de licences dont la validité serait suspendue compte tenu du conflit en cours au Yémen.

Cette requête s'inscrit dans le cadre d'une procédure en cours au Conseil d'Etat contre des licences d'exportation wallonnes vers le Royaume d'Arabie Saoudite dont sont titulaires la FN Herstal, CMI Defence et un troisième opérateur. La requête se fonde sur l'obligation contenue dans une clause portant sur les licences, et mise au jour en cours de procédure, entraînant l'arrêt des exportations lorsque le pays destinataire est impliqué dans un conflit international ou interne, au risque, selon le décret wallon, d'encourir des sanctions pénales.

Entre-temps, la Ligue des droits humains et la CNAPD ont annoncé le dépôt d'une plainte au pénal après une enquête de presse mettant au jour l'utilisation d'armes belges dans le conflit au Yémen.

L'entreprise liégeoise CMI s'est défendue jeudi de toute illégalité dans l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite. Elle a dénoncé des "attaque répétées à son intégrité".

Le ministre-président wallon Willy Borsus a demandé mercredi à son administration un "examen approfondi" des éléments parus mardi dans la presse sur l'utilisation d'armes wallonnes dans le conflit au Yémen. "Si des éléments de non-respect des règles devaient être validés, je prendrais immédiatement toutes les dispositions que le décret wallon permet", a-t-il assuré.

© AFP