Les compagnies aériennes menacent de réclamer des millions d'euros aux deux sociétés de traitement de bagages de Brussels Airport, Aviapartner et Flightcare, pour compenser les frais supplémentaires auxquels elles doivent faire face à la suite de la grève spontanée à l'aéroport national, indiquent différents journaux mardi.

"Nous tentons de faire rembourser les frais par les sociétés de traitement", a indiqué le président d'Airline Operators Committee (AOC), Patrick Hereng, lundi au quotidien De Tijd. L'AOC représente les grandes compagnies aériennes de Brussels Airport.

"Bruxelles est une plaque-tournante en Europe. L'aéroport ne reçoit pas uniquement de nombreux voyageurs belges, mais également français, allemands et néerlandais. Depuis l'introduction d'une écotaxe sur les vols aux Pays-Bas, de plus en plus de Néerlandais voyagent au départ de Zaventem. L'envoi des bagages retardataires à des voyageurs étrangers coûte des centaines d'euros par passager", explique M. Hereng.

"Les frais s'élèvent à des millions d'euros", a estimé l'administrateur délégué de Flightcare, Brieuc de Meeus. "Chaque jour, nous traitons les bagages de quelque 25.000 passagers. Dans le secteur aéronautique, les frais chiffrent vite", a-t-il expliqué dans les colonnes de De Tijd. Un porte-parole de Brussels Airlines a indiqué au quotidien De Standaard que la grève coûte cher à la société. "Nous avons fait officiellement constater les manquements de Flightcare", a dit ce porte-parole. De Morgen relatait déjà lundi que différentes compagnies aériennes ont entrepris des démarches pour faire rembourser les dommages par les sociétés de traitement.