Le Conseil des ministres n'a pas pu confirmer mercredi la création de nouveaux centres pour l'accueil des demandeurs d'asile que le gouvernement veut installer dans quatre casernes et dans les futurs locaux de la protection civile à Gembloux. La vice-première ministre cdH Joëlle Milquet a insisté pour qu'une concertation soit d'abord organisée avec les autorités locales concernées ce qui a provoqué quelques échanges acerbes avec la vice-premier ministre PS Laurette Onkelinx. Le 27 octobre dernier, le Comité ministériel restreint a décidé la création de quelque 2.000 places d'accueil supplémentaires pour demandeurs d'asile dans quatre casernes (Bastogne, Bierset, Weelde et Houthalen-Helchteren) et dans les futurs locaux de la protection civile à Gembloux. La décision devait être confirmée ce mercredi par le Conseil des ministres.

La décision du Comité restreint a été annoncée, immédiatement après la réunion de celui-ci, au cours d'une conférence de presse du premier ministre Yves Leterme (CD&V) et du secrétaire d'Etat Philippe Courard (PS).

Il est cependant rapidement apparu que la décision était intervenue sans que les autorités locales des communes concernées n'aient été averties. Au début de la conférence de presse, M. Leterme a d'ailleurs annoncé que M. Courard le rejoindrait rapidement mais qu'il voulait d'abord informer les bourgmestres de la décision. De plus, on apprenait à plusieurs sources que plusieurs ministres présents au Comité restreint avaient été surpris par l'arrivée de ce dossier à l'ordre du jour et par le peu de temps qui y avait été consacré.

Dans les heures qui ont suivi l'annonce de la décision, plusieurs bourgmestres ont d'ailleurs protesté officiellement et parmi eux celui de Bastogne, Phillipe Collard (MR). Ce dernier d'ailleurs a fait voter une motion par le Conseil communal mardi soir et on annonce une manifestation à Bastogne contre le nouveau centre samedi prochain.

Le MR et le cdH ont manifesté leur mécontentement la semaine dernière et l'ont rappelé en début de semaine, demandant avec insistance à M. Courard d'organiser une concertation avec les communes. Le point est revenu ce mercredi et a entraîné une crispation, plus spécialement entre le cdH et le PS.

Sur proposition du premier ministre, le point a été reporté, en attendant cette concertation et plus spécialement, dit-on à certaines sources, une rencontre entre MM. Courard et Collard.

Au cabinet du secrétaire d'Etat on insiste une nouvelle fois sur le fait que la concertation a eu lieu dès que la décision est intervenue et qu'elle est menée par la Défense et par la Croix-Rouge. On y ajoute que Philippe Courard a déjà eu Philippe Collard au téléphone. Ceux-ci devraient se voir jeudi prochain.