Une grande majorité des Belges, soit deux sur trois, sont favorables à la sortie du nucléaire comme définie légalement en 2003. C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé par le bureau de recherche Ipsos, à la demande de l'organisation environnementale Greenpeace Belgique.

Le sondage a été effectué auprès de 1.009 Belges, âgés de 18 à 64 ans.

Soixante-six pour cent estiment que la fermeture des trois plus vieux réacteurs nucléaires (Doel 1 et 2, ainsi que Tihange 1) d'ici 2015 est une bonne chose. Ils sont 61% à soutenir une sortie totale du nucléaire d'ici 2025, qui se concrétisera par la fermeture des quatre autres réacteurs commerciaux (Doel 3 en 2022, Tihange 2 en 2023, Doel 4 et Tihange 3 en 2025).

"Ce sondage ne montre pas seulement que les citoyens veulent une sortie du nucléaire pour 2025 au plus tard, mais aussi que la date de fermeture prévue pour les trois plus vieux réacteurs, fixée à 2015, doit être respectée", déclare Eloi Glorieux, responsable de la campagne énergie de Greenpeace Belgique. Il souligne qu'un allongement de la durée de vie de ces réacteurs, même de quelques années seulement, ne peut absolument pas être à l'ordre du jour.

En 2009 déjà, l'organisation environnementale avait chargé Ispos de réaliser un sondage sur le sujet. En deux ans, le soutien à la sortie du nucléaire s'est amplifié. A l'époque, 40% seulement des personnes interrogées s'étaient prononcées en faveur de la fermeture des trois plus vieux réacteurs en 2015; 37% étaient contre. Concernant la fermeture des autres réacteurs jusqu'en 2025, 37% étaient "pour" et 39% "contre".

Ipsos précise que quelque 10% des répondants n'ont pas émis d'opinion en 2011, alors qu'en 2009 ils étaient environ 24%.