Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a tenu lundi à réitérer l'engagement belge en faveur des droits de l'homme, à la veille de la journée internationale des droits de l'homme. "Il s'agit en effet de valeurs qui font partie intégrante de notre société démocratique", écrit le ministre dans un communiqué de presse lundi. 

"Soixante-cinq ans après l'approbation de la Déclaration universelle des droits de l'homme, tout le monde ne profite malheureusement pas encore, toujours et partout, des droits et libertés énoncés dans cette déclaration", regrette le ministre. "Au contraire, nous vivons dans une époque où le caractère universel des droits de l'homme est davantage remis en question qu'il y a 10 ans."

C'est pourquoi le chef de la diplomatie veut que la Belgique s'investisse en 2014, tant au niveau multilatéral que bilatéral, afin de promouvoir et protéger les droits de l'homme et l'Etat de droit.

Même si la Belgique n'est pour l'instant pas membre du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, Didier Reynders plaide pour un rôle actif au sein de ce forum, notamment en maintenant les questions de la peine de mort et des enfants ainsi que des conflits armés à l'ordre du jour.