Belgique

Son père, arrivé sur place à Byron Bay, remercie la police locale. La piste de l’homicide est envisagée.

Réseaux sociaux mobilisés, battues par les habitants, drone et chiens renifleurs de la police locale, affiches placardées à Byron Bay, des articles dans le monde entier, les recherches pour retrouver le jeune Belge Theo Hayez, 18 ans, se multiplient.

Trois éléments neufs sont venus s’ajouter lundi. Tout d’abord une conférence de presse très émotionnelle du père du disparu, Laurent Hayez, à Byron Bay. Ensuite, l’arrivée sur place d’inspecteurs australiens spécialisés dans les homicides. Enfin, la promesse par WhatsApp de partager un maximum d’informations avec les enquêteurs, Theo Hayez ayant communiqué avec cette messagerie cryptée juste avant de disparaître.

Pour rappel, Theo Hayez a été vu pour la dernière fois le 31 mai aux alentours de 23 heures alors qu’il sortait seul du Cheeky Monkeys Restaurant&Bar. Sur une image de CCTV, il semble se diriger vers son hôtel, le Wake-Up ! non loin de la plage. Le 6 juin seulement, sa disparition a été actée par les gérants de l’hôtel. Toutes ses affaires se trouvaient dans sa chambre, y compris son passeport. Son téléphone et ses cartes bancaires n’ont pas été utilisés, selon la police.

Chose curieuse, son téléphone portable a "borné" le lendemain de sa sortie en boîte, le 1er juin à 13 h 42, mais dans une direction opposée à son hôtel, en direction de la plage de Tallow, au bout de laquelle se dressent le phare de la péninsule et le point le plus oriental de l’Australie. C’est d’ailleurs dans cette zone, entre sable blanc, végétation dense et falaises, que les recherches se sont concentrées lundi. Elles y reprennent ce mardi.

Byron Bay est une localité très prisée des surfeurs, hippies, randonneurs de tous pays. Au petit large, on peut voir à cette époque les baleines. Theo Hayez s’y était arrêté juste avant de revenir en Belgique, après un voyage de huit mois à travers le pays. Selon ses proches, cet ancien élève de l’athénée royal d’Auderghem voulait entamer des études universitaires. Mais 24 heures seulement après son arrivée à Byron Bay, il disparaissait.

Lors de la conférence de presse, Laurent Hayez a remercié la police australienne et la communauté de Byron Bay pour les efforts entrepris. "Quand j’ai quitté la Belgique, j’ai promis à son petit frère que je ramènerai Theo à la maison, aidez-moi à garder ma promesse", a-t-il encore dit, en larmes. "Je ne peux pas dire si nous allons retrouver Theo en vie, mais je garde espoir", a ajouté Dave Roptell, le chef de la police locale.

WhatsApp ne peut pas donner les messages cryptés

Interpellée sur les réseaux sociaux, notamment par la cousine du disparu, Lisa Hayez, la messagerie WhatsApp affirme avoir fourni à la police les informations dont elle dispose : non pas le contenu des messages cryptés, mais des données de base limitées comme les heures et périodes des communications, les numéros bloqués, la photo du profil ou l’adresse email. Depuis décembre 2018, cette filiale de Facebook a reçu 899 demandes judiciaires et 38 requêtes urgentes de la part des autorités australiennes.

La police locale a diffusé deux vidéos où le jeune Belge apparaît (dont une dans un magasin où il achète de l’alcool le 31 mai à 19 h 45) et ne désespère pas obtenir d’autres images de caméras de surveillance. Parallèlement, elle a procédé dans le district à une vingtaine d’arrestations lors d’une opération "coup-de-poing" contre la petite délinquance, entamée le 14 juin, a-t-elle annoncé lundi soir.