L'action Earth Hour, durant laquelle la population était appelée à éteindre la lumière pendant une heure samedi, entre 20h30 et 21h30, n'a pas provoqué de perturbation sur le réseau d'électricité, a indiqué dans la soirée Elia, le gestionnaire du réseau haute tension. La consommation d'énergie a diminué de 2 à 3%, soit une moyenne de 200 MégaWatts (MW). Elia avait averti que des problèmes pourraient se produire si tout le monde éteignait et rallumait la lumière à un instant donné. Mais l'action, répartie dans le temps, a commencé plus tôt que prévu, dès 18h30, a-t-on précisé chez Elia. Aucun incident n'a donc été constaté.

La consommation d'électricité a diminué de 2 à 3% par rapport à un samedi soir normal, soit une moyenne de 200 MW entre 18h30 et 20h00, avec un pic jusqu'à 380 MW à 19h15. Deux cents MégaWatts correspondent à 2 millions d'ampoules de 100 Watts chacune, soit la consommation moyenne de 500.000 familles, a précisé une porte-parole d'Elia. "C'est un succès. On a fait encore un peu mieux que l'année passée", a déclaré le porte-parole du WWF, à l'origine de cette initiative contre le réchauffement de la planète. Plus de 300 villes et communes et 550 entreprises ont participé à l'action. A Bruxelles, l'Atomium a été symboliquement éteint de 20h30 à 21h30, de même que d'autres bâtiments tels que la basilique de Koekelberg, l'église Sainte-Marie à Schaerbeek ou encore la Grand-Place. Les autoroutes n'ont pas non plus été allumées, tant en Flandre qu'en Wallonie.