Coronavirus: "Je suis très étonnée de ne lire nulle part les risques encourus par les instituteurs"

Ils ne sont pas très nombreux et donc on n’en parle pas beaucoup. Mais les instituteurs et institutrices qui se sont portés volontaires pour garder les enfants dont les parents ne peuvent pas s’occuper durant les vacances de Pâques voudraient être reconnus.

photo DH
©Bauweraerts Didier

Durant les garderies de Pâques, ils en manquent. Qu’en sera-t-il à la rentrée ?

Ils ne sont pas très nombreux et donc on n’en parle pas beaucoup. Mais les instituteurs et institutrices qui

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet