À l’ULB, l’hypercritique et les libertés ont souvent fait chanceler les autorités

Pendant cinq jours, La Libre part sur les traces des valeurs qui ont présidé à la création des cinq universités belges les mieux placées dans le classement de Shangaï, à l’heure où le paysage de l’enseignement supérieur se globalise. Que sont devenues leurs priorités originelles ? Ont-elles évolué, disparu ? Convoquer leurs grands moments et acteurs pour en comprendre la place dans la société et les enjeux, tel est le voyage auquel nous vous convions. Aujourd’hui : l’ULB.

À l’ULB, l’hypercritique et les libertés ont souvent fait chanceler les autorités
Avril 2018. Un nouveau coup de tonnerre se profile au sein de l’Université libre de Bruxelles. Ce jeudi-là, les autorités rectorales de l’institution s’apprêtent à remettre le titre de docteur honoris causa au cinéaste...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité