Le manque d’attractivité des filières scientifiques et techniques se joue en grande partie à l’école

C'est l'avis d'Olivier Remels, administrateur délégué de la Fondation pour l'enseignement.

Le manque d’attractivité des filières scientifiques et techniques se joue en grande partie à l’école
©BELGA
La Fondation pour l’enseignement s’emploie depuis des années à jeter des ponts entre les mondes de l’enseignement et de l’entreprise. Pour La Libre,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet