Caroline Désir prête à reporter la réforme du calendrier scolaire si les autres Communautés suivent "très rapidement"

La ministre de l'Éducation Caroline Désir (PS) a indiqué vendredi lors d'une rencontre avec la CSC-Enseignement être prête à reporter l'entrée en vigueur de la réforme des rythmes scolaires annuels si la Flandre et la Communauté germanophone devaient annoncer "très rapidement" leur volonté d'adopter une réforme similaire.

Caroline Désir prête à reporter la réforme du calendrier scolaire si les autres Communautés suivent "très rapidement"
©JC Guillaume

Plusieurs militants de la régionale bruxelloise de la CSC-Enseignement ont rencontré vendredi après-midi la ministre à son cabinet pour lui faire part de leurs vives craintes concernant les conséquences de la réforme annoncée, en particulier en région bruxelloise, fort proche de la Flandre.

Selon le syndicat chrétien, la désynchronisation des calendriers scolaires à Bruxelles et en Flandre aura en effet un impact important pour les enseignants qui travaillent dans les deux Communautés, mais aussi les enseignants qui travaillent à la fois dans l'enseignement obligatoire et le supérieur, dont le calendrier ne sera pas non plus adapté.

Pour la CSC, la réforme envisagée soulève aussi beaucoup de questions concernant une adaptation de l'offre de transport en commun à et vers Bruxelles (Stib, De Lijn, SNCB), mais aussi pour les vacances des équipes de direction, les CPMS, ainsi qu'en matière d'activités extra-scolaires (camps scouts, etc.). Certains jeunes Bruxellois vont en effet à l'école en français, mais ont des activités extra-scolaires en néerlandais.

Selon Fabrice Pinna, secrétaire permanent de la CSC-Enseignement de Bruxelles, la ministre Désir a indiqué vendredi qu'elle était prête à reporter l'entrée en vigueur de sa réforme (prévue pour la rentrée de 2022 normalement, ndlr) si la Flandre se montrait disposée à lui emboîter le pas.

Interrogée par Belga, Mme Désir précise vendredi soir qu'elle n'a pas l'intention d'attendre que les deux autres Communautés s'alignent pour appliquer la réforme des rythmes.

Néanmoins, "si les autres Communautés annoncent une volonté de mener une réforme similaire très rapidement, il pourrait s'agir d'un point de négociation", ajoute-t-elle.

Vendredi matin, des délégués de la CSC-Enseignement de Liège-Verviers avaient réveillé le ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) à son domicile de Herve pour dénoncer l'absence de concertation dans le cadre de la réforme envisagée.

Selon ces délégués, M. Jeholet leur a assuré ne pas vouloir précipiter les choses si la réforme n'était pas suffisamment prête. Dans cette hypothèse, il vaudrait mieux postposer les changements à septembre 2023, leur a dit le ministre-président.

La réforme envisagée par la FWB prévoit de doubler, dès septembre 2022, la durée des vacances de Toussaint et de Carnaval, mais de raccourcir à 7 semaines les vacances d'été. La rentrée scolaire prendrait ainsi place dès la fin août, l'année scolaire se terminant, elle, début juillet.

Sur le même sujet